Enfants traumatisés par les conflits : mieux s’occuper d’eux pour éviter des sociétés handicapées

Posted September 14, 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi View Profile
Member since May 9, 2011
  • 286 Posts

Ces dernières années, de nombreux conflits ont occupé sur un court, moyen ou long terme les "Unes", ou fait l’objet de larges traitements dans plusieurs quotidiens ou hebdomadaires vendus dans nos différents kiosques à journaux. Ils ont également fait partie des sujets développés sur les ondes des radios, des chaînes de télévision et sur la toile. Ces conflits ont bien souvent entraîné des flux plus ou moins importants de populations vers d’autres régions du pays (les déplacés), ou vers l’inconnu en traversant les frontières pour espérer fuir les combats en se réfugiant dans les pays limitrophes. D’autres citoyens de ces pays n’ont malheureusement pas eu le choix, ou simplement pas pu partir et on dû se résigner à rester sur place.

Mais toujours, les combats, la violence atteignent les pauvres civils dont certains sont mortellement fauchés, d’autres mutilés, grièvement blessés, touchés dans leur dignité et dans leur chair. Ils sont des millions d’hommes, mais surtout de femmes et d’enfants que la violence qui découle de la guerre et des conflits marque même après l’arrêt de ces situations, et bien généralement longtemps après cette fin.

Récemment, l’Unicef a noté que le conflit syrien affectait durablement les enfants de ce pays au point de leur laisser des séquelles indélébiles. Un article publié sur le site Radio des Nations Unies, et qui se rapportait à se triste constat, notait en effet qu’« une exposition prolongée à la violence, le stress, les déplacements multiples, la perte d’amis et de membres de la famille, et une grave détérioration des conditions de vie laissent sur les enfants de la Syrie des cicatrices durables. » Cet article rapporte également les propos de Ane MacPhail, une experte en protection de l’enfance qui travaille avec des enfants dans le camp de réfugiés de Za’atari, en Jordanie. Celle-ci affirme que « les enfants qui ont vécu un stress profond peuvent perdre la capacité de se connecter émotionnellement aux autres et à eux-mêmes ».

Cette vidéo, intitulée « La génération de la peur » et réalisée par IRIN Films, raconte l'histoire de deux enfants yéménites : Ahmad, 16 ans, et Amira, 12 ans. Tous les deux ont été traumatisés par la guerre et sont traités à l'hôpital al-Amal pour le traitement des maladies psychiatriques à Sana'a, la capitale yéménite.

En effet, précise le site des Nations Unies, « ces dernières années, les guerres tribales, les combats entre Al Qaida et les forces gouvernementales, ainsi que l'instabilité liée au printemps arabe, ont tous contribué à une augmentation de la violence. Souvent, les enfants ont été pris au piège des combats. Les psychologues mettent en garde contre l'apparition d'une jeunesse traumatisée, victime de sérieuses blessures psychologiques. »

Enfants Yemen Guerre traumatisme




comments powered by Disqus

Learn More

Share