Etudiant(e)s : se loger à tout prix ?

Posted August 29, 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi View Profile
Member since May 9, 2011
  • 286 Posts

Sur Internet, on trouve de tout et nombreuses sont les annonces de ce genre. Pour beaucoup, la crise a bon dos. Le malheur des uns fera le bonheur des autres, car malheureusement, chacune de ces annonces trouvera preneuse. Les messages de jeunes femmes cherchant à échanger leur corps contre un appartement sont en effet monnaie courante sur la Toile.

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/det...

En France la rentrée universitaire 2013-214 sera chaude, très tendue pour beaucoup d’étudiants, incluant bien évidemment les nouveaux bacheliers qui arrivent dans ce nouvel univers. La joie de l’obtention du Baccalauréat n’aura pas duré pour beaucoup face à la réalité de cette migration du statut de "lycéen" à celui d’"étudiant".

En effet, « en 2013-2014, le coût de la vie étudiante est en moyenne en hausse de 1,6%, soit plus d'une fois et demi le seuil de l'inflation », révèle le site de L’Express. La Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE), deuxième organisation étudiante de France, révèle que « la rentrée 2013 coûtera en moyenne 2481,73 € à ces derniers, soit une augmentation de 2 % par rapport à 2012. »

L’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF), principale organisation étudiante de France, explique cette hausse par « la flambée des prix des polices d'assurance habitation, des frais d'inscription à l'université, des loyers, mais aussi des énergies ou du ticket moyen de restauration universitaire. » Pour ce qui est spécifiquement du logement par exemple, un autre article de L’Express note qu’« entre août 2012 et août 2013, certaines villes de France ont connu une véritable envolée des prix des locations étudiantes et c'est notamment le cas de Marseille. Il faut débourser entre 50 et 60 euros de plus par mois pour un T2 ou un studio dans la cité phocéenne par rapport à août 2012, soit plus de 10% de hausse. Paris, comme d'habitude, n'est pas en reste, avec des studios et des T2 respectivement 9,96% et 7,31% plus chers par rapport à l'année dernière. » Ainsi, « dans les cinq villes étudiantes les plus chères de France (Paris, l'Ile-de-France, Nice, Aix-en-Provence et Marseille), le loyer moyen pour un studio est d'environ 598 euros, contre 396 euros dans les cinq villes les moins chères (Poitiers, Rouen, Nantes, Strasbourg et Bordeaux). »

Récemment, sur Le Monde.fr, le président de l’UNEF a demandé le gel du coût des études. Mais d’ici à ce que ce vœux reçoivent un écho favorable auprès des autorités compétentes, et encore que dans ce cas ce gel n’entraînerait pas une réduction des prix en vigueur actuellement, il faut bien se loger ! Et bien souvent, face aux ressources limitées, et espérant pouvoir réaliser des économies (sinon obtenir un logement dans les limites de leurs porte-monnaie), certains étudiant(e)s se tournent vers des annonces de « logements contre "services" » faites par des particuliers. Mais ce qui pourrait s’apprécier comme une forme de solidarité n’en serait pas vraiment une dans tous les cas.

C’est en substance ce que nous dit cet article publié sur le Figaro Etudiants et que nous soumettons à votre lecture. Dans cet article, « Appart contre «services», une nouvelle forme de prostitution étudiante », nous lisons que cette technique cache malheureusement des offres scandaleuses.

« C’est le cas de ce jeune cadre, très classique. Son annonce est la suivante, «Homme de 30 ans, cadre BCBG, vivant seul dans un 3 pièces sur Saint-Lazare propose une chambre disponible à l’année pour une jeune étudiante contre service. Me contacter. Photo et description souhaitées.» Suite à notre mail, sa réponse est sans équivoque: Quand nous lui demandons ce qu’il entend par «régulièrement», il répond qu’une fellation par semaine ne lui suffit pas. Il en demande trois, mais ajoute, se croyant magnanime: «cela dépend des humeurs de chacun»! »

Nous espérons que vous serez nombreux à réagir à ce article avec des commentaires, voire mêmes des témoignages.

Etudiants logement prostitution




comments powered by Disqus

Learn More