Internet pour défendre les droits des enfants en RDC ?

Avatar Pona Bana
Member since January 15, 2014
  • 65 Posts

Glodi, Enfant Reporter de Kinshasa

Glodi, Enfant Reporter de Kinshasa

Je m’appelle Glodi, j’ai 17 ans et je suis Enfant Reporter depuis 2014. J’habite à Kinshasa, vers N’djili où la majorité de la population n’étudie pas. Moi, j’ai la chance d’aller dans la meilleure école de ma commune.

Je suis devenu Enfant Reporter à 14 ans, lorsque des membres du Réseau des Journalistes Amis de l’Enfant sont passés dans mon école pour faire une présentation sur les droits de l’Enfant. C’était nouveau pour moi, je n’avais jamais entendu du droit à la participation par exemple. Lorsqu’ils ont parlé des Enfants Reporters qui écrivaient pour Ponabana, le blog de l’UNICEF en RDC, j’ai tout de suite voulu adhérer !

Durant 7 jours, avec d’autres enfants de la ville, j’ai été formé aux droits de l’Enfants, sur les techniques de plaidoyer et de rédaction mais également sur les différentes techniques de presse. Après cette formation, j’ai directement mis en application la théorie pour écrire des articles en rapport avec la protection, la non-discrimination et le développement.

Dans mon quartier, beaucoup de personnes n’ont pas accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement : il était donc logique pour moi d’écrire sur ce sujet. Pendant deux ans avec d’autres Enfants Reporters de Kinshasa, nous avons mené un plaidoyer pour mettre fin à la discrimination qui fait qu’en RDC seuls les enfants qui vivent en milieu rural et ceux qui étudient dans les écoles primaires bénéficient du programme Ecoles et Villages Assainis. Et notre plaidoyer a réussi puisqu’on parle maintenant de « Villages et Quartier Assainis ».

Lorsque j’écris un article, je le fais en fonction de ce que je vois dans mon quartier ou même à la télévision. Par exemple, j’avais entendu un jour l’histoire d’une mère abandonnée par son mari et élevant seule ses deux enfants. En échange d’une parcelle, la mère a accepté de faire de sa fille la petite amie d’un monsieur plus âgé. Révolté, j’ai lancé un cri de détresse sur Ponabana en demandant aux parents de ne plus livrer leurs enfants à de telles pratiques !

Ecrire pour Ponabana me permet de toucher un large public. Nous sommes la génération la plus informatisée alors il faut s’adresser aux gens là où ils se trouvent : sur internet. On peut aussi espérer atteindre les décideurs par cette voie car tout circule rapidement sur internet. Autour de moi, certains de mes amis me disent avoir lu mes articles et avoir pris conscience de leurs droits. C’est une réussite pour moi.

Petite anecdote : les Enfants Reporters n’ont pas toujours accès à un ordinateur pour rédiger leurs articles. Qu’à cela ne tienne, nous trouvons toujours un moyen d’envoyer nos messages : rien ne nous empêchera de défendre nos droits et ceux de tous les enfants. Mon premier article sur Ponabana, je l’ai envoyé par SMS ! Je dis donc à tous les Enfants Reporters de la RDC de ne pas se décourager ; de relancer et de continuer à faire le suivi des différents plaidoyers qu’ils ont eu à mener en faveur du triomphe des droits de tous les enfants.





comments powered by Disqus