l'éternel masculin, absence du féminin (1/4)

Posted November 3, 2013 no picture amoureuseDeParis

no picture amoureuseDeParis View Profile
Member since October 31, 2013
  • 4 Posts

Un homme ? Une femme ?
Une concubine et un sultan. Un maître et une servante. Le bourreau et sa victime. Eve et Adam… la liste serait encore très longue, mais on se contenterait de dire que c’est un homme et une femme, implicitement, injustement, méchamment. Ève avait commis le pêché originel, et elle en fait encore et toujours les frais. Mais Adam aussi avait mangé la pomme, et tous ses semblables portent encore et à jamais la marque de sa gourmandise.
Un homme est censé ramener de l’argent, une femme doit faire le ménage, s’occuper des enfants et attendre sagement le retour de son mari pour veiller à ses moindres désirs. Elle est obligée d’être une chef dans la cuisine, une poule au salon et une catin au dans la chambre à coucher, sinon elle manquerait de satisfaire monsieur !!
Mariage d’amour ?? Au diable l’amour !! Car un homme est un homme, et comme on le dit « la fin naturel de tout amour, est le mariage »! Avant le mariage, il lui promet le bonheur et les étoiles, et lui fait vivre les chimères d’«un rêve bleu» comme le chantait Aladin. Sauf que les comtes de fée sont seulement à lire, pas à vivre. Et la femme, elle exige, commande et l’étouffe. Jamais satisfaite, elle en veut trop, toujours plus. Jusqu’à ce qu’il aille voir ailleurs. Elle veut la lune, et comme si l’homme travaillait à la NASA et qu’il avait une fusée à sa disposition.
Des générations et des générations de femmes à travers le monde ont été éduquées et programmées pour obéir et se plier au pouvoir de l’homme. Chaque mère prépare sa fille pour être un produit vendable le jour J, pour qu’ « elle honore le nom de sa famille chez ses beaux-parents». Elle doit savoir cuisiner, changer les couches, repasser, laver, parvenir à supporter une belle-mère souvent trop envahissante....
Et la veille de son mariage, il y a cette fameuse discussion à propos de ce qu’elle fera la nuit prochaine. Elle doit se laisser faire et ne pas réagir à un rustre qui, ignorant la délicatesse, lui fera mal, et ce qui était censé être l’expression physique de l’amour et une découverte des plaisirs de la chair, se transformera en un supplice quotidien. Parce qu’elle ne sait pas, parce qu’on lui a ordonné de se taire, de ne pas demander, puisque la sexualité est un sujet tabou, puisque c’est toujours dans les pages de l’interdit. Puisque faire l’amour est une pratique bestiale et purement physique dans leurs esprits. Et cela demeure encore aujourd’hui, dans une époque où l’homme a conquit l’espace.
La femme est réduite à être un ventre, une usine de production de bébés en quelques sortes qui doit remplir ses fonctions et apporter à la famille l’hériter mâle. C’est drôle mais cela me fait penser aux vieilles familles royales dont l’obsession est d’avoir un enfant mâle pour porter le nom de la famille et le perpétuer pour les générations à venir. Car, un garçon est toujours mieux qu’une fille, et qu’il sera « le fils à son papa».
On dit que l’amour est un composant facultatif dans l’équation du mariage, or, comment deux personnes peuvent cohabiter si elles ne se connaissent même pas ? Comment peut-on respecter quelqu’un qu’on a vu à travers une photo ou aperçu brièvement dans une quelconque réunion familiale ? Plusieurs dirait que cela ne se fait plus, mais mon expérience personnelle dirait le contraire !
Alors franchement, pourquoi se compliquer la vie? Pourquoi lier notre avenir à un personnage génétiquement égocentrique et narcissique?
Gard à celui qui tombe dans le piège du mariage : c’est le contrat de la fin de sa vie qu’il signe!
Il y a ce passage obligatoire de chez les parents, à la maison du mari et à la tombe par la suite. Toujours sous contrôle, elle n’est jamais livrée à elle-même.
Quand une femme vit seul dans la société tunisienne ou arabe, c’est très mal vu, et les langues fourbes ne l’épargnent pas : soit elle est une prostituée, soit elle est une vieille fille dont personne ne voulait. Etant donné le fait que cela devient alarmant d’être célibataire et d’avoir la trentaine, et que sa famille ne cesse de l’importuner et de lui faire remarquer de plus en plus son statut de femme indésirée.


Femmes condition féminine




comments powered by Disqus

Learn More