La qualité de l'éducation au Maroc

Posted April 2, 2014 no picture fatoumata_connecte_maroc

no picture fatoumata_connecte_maroc View Profile
Member since February 2, 2014
  • 3 Posts

Il ne sert à rien de rappeler que l’éducation est un catalyseur de développement économique et social d’une nation. L’éducation est un tremplin qui aide les individus à sortir de la pauvreté et qui empêche cette dernière de se transmettre de génération en génération.

Des enfants qui ne sont pas instruit constitueront les adultes analphabètes de demain. L’éducation réduit la pauvreté, multiplie les possibilités d’emploi et favorise la prospérité économique. Elle offre à tous la chance de mener une vie saine, elle assoit la démocratie sur des bases plus solides, elle fait évoluer les attitudes pour que l’environnement soit mieux protégé et renforce l’autonomie des femmes en leur permettant de connaitre leur droit, de participer pleinement à la vie active de la société.

L’objectif de l’école est d’offrir aux enfants un cadre adéquat d’apprentissage des connaissances de base, de sociabilisation afin d’avoir les compétences nécessaires pour une insertion professionnelle.

Pour atteindre cet objectif il faudrait que le système éducatif soit en mesure de fournir un enseignement de qualité qui permettra aux élèves et étudiants de poursuivre leur cycle primaire, secondaire et universitaire.

Durant notre enquête, les interrogés ont pointé le doigt sur la pédagogie d’enseignement, l’absentéisme et le manque de motivation des professeurs, la langue d’enseignement, le problème d’infrastructures inadéquates, surtout dans les zones rurales…

La pédagogie d’enseignement utilisée est dépassée, les manuels scolaires datent, les infrastructures ne sont pas du tout adéquates et les enseignants sont souvent absents et démotivés, beaucoup d’entre eux enseignent dans le privé ou ils s’impliquent mieux au détriment de ceux du public. Les enseignants doivent recevoir une formation initiale qui concilie la connaissance des matières à enseigner et la connaissance des méthodes d’enseignement adaptées à la nouvelle génération.

Tout enfant quelque soit le milieu d’où il vient doit avoir la chance de bénéficier d’une éducation de qualité, sans distinction, qu’il soit des milieux défavorisés ou non , ils doivent avoir accès à des enseignants formés et motivés, attachés à leur métier, capables de repérer les apprenants en difficulté et de leur venir en aide.

Pour cela il faut offrir au enseignants des perspectives de carrières, des salaires couvrant aux moins leurs besoins fondamentaux. L’effectif dans les classes est aussi l’une des causes de la mauvaise qualité de l’enseignement, dans les lycées ou les universités publiques, les professeurs sont surchargés, ils ne peuvent pas suivre tous les étudiants.

Les étudiants au Maroc sont décalés entre l’arabe du primaire au Baccalauréat et le français à l’université. En plus les manuels sont certes en arabe mais les cours sont donnés en dialecte marocain, les élèves ne maitrisent ni le français ni l’arabe et manquent de capacité de synthèse, d’ouverture d’esprit.

En 2008, 80% des écoles rurales ne disposaient toujours pas de sanitaires et 75% n’avaient pas d’eau potable (selon le rapport du Conseil supérieur de l’enseignement)

Chaque année, près de 300 000 enfants quittent l’école avant l’heure, sans avoir eu le temps d’assimiler les acquis de base en mathématiques, vocabulaire, grammaire et orthographe.

Pour une promotion de 100 enfants intégrant le cours préparatoire, seuls 6 obtiendront le baccalauréat et une inscription à l'université. Les 94 autres restent en chemin. Parmi les étudiants inscrits à une licence universitaire, le nombre de ceux qui décrocheront le diplôme souhaité, après de nombreux redoublements, reste limité, et ceux qui trouveront un emploi encore plus rares.

Les formations ne répondent pas au besoin du marché de l’emploi, les entreprises peinent à trouver des profils correspondant à leur besoin. Le gouvernement doit sceler des partenariats avec les entreprises afin de former plus d’étudiants dans les formations techniques car le besoin y est pressant.

Le système éducatif reste confronté à de nombreux obstacles liés pour l’essentiel à l’insuffisance de la couverture des services d’éducation, aux inégalités entre les sexes et à des taux élevés de redoublement et d’abandon, au manque d’orientation.

Beaucoup de réformes ont vu le jour ces dernières années, le gouvernement a mis en place plusieurs réformes visant à améliorer l'accès à l'éducation et à réduire les différences régionales en matière d'enseignement.

Mais le problème est loin d’être résolu, pour remédier à cette défaillance du système éducatif, il faudrait revenir à la base. C'est-à-dire revoir les techniques de formation, les critères d’évaluation, la formation des enseignants et leur valorisation, résoudre le problème de zones rurales en mettant en place les infrastructures nécessaires et y attirer les bons enseignants.

Aussi le taux d’analphabétisme est de près de 30% majoritairement du coté des parents. Il ne faudrait pas s’attendre à des solutions miracle tant que les parents ne sont pas armés pour suivre et transmettre la connaissance à leurs enfants.

Donc il faudrait s’appuyer davantage sur la formation des adultes analphabètes et améliorer la qualité de l’éducation afin de former au mieux les adultes de demain.


Education Maroc #Connecte #educ4all




comments powered by Disqus

Learn More

Share