L'après Rio+20: Les jeunes prêts à relever le défi

Posted June 24, 2012 User_image_bg Anne


L’édition 2012 du sommet de la Terre a laissé tout le monde sur sa faim mais galvanisé la jeunesse bien décidée à prendre son avenir en main et celui de la planète au lieu d’attendre que ses aînés et les dirigeants du monde entier ne s’intéressent à son destin.

«La jeunesse s’empare de Rio + 20»: tel était le slogan d’un groupe d’étudiants français qui avait organisé, avant même la tenue du sommet, une simulation à Paris de Rio+20. Une dépêche de l’AFP publiée le 22 juin, jour de la clôture du sommet, relevait cependant que les jeunes présents à Rio avaient l’impression de n’avoir guère été entendus et qu’ils avaient manifesté plusieurs fois pour faire part de leurs frustrations.

"Devant une salle où les délégations se réunissaient pour discuter du projet de déclaration finale, ils ont protesté contre le fait que la création d’un haut-commissaire aux générations futures (dont la mission aurait été de sauvegarder le droit des générations actuelles et futures à bénéficier de conditions économiques, environnementales et sociales saines) soit passée à la trappe», notait ainsi l’article.

Le témoignage de Sévan Holemans, une jeune belge envoyé à RIO 20 par le Conseil de la Jeunesse, illustre parfaitement le sentiment de frustration qui s’est emparé des jeunes présents au Sommet de la Terre.

«Aux défis majeurs du chômage des jeunes et de la précarisation du travail, nos dirigeants suggèrent l’économie verte comme panacée du siècle. Par la même occasion, ils enfoncent un peu plus la porte de la marchandisation de l’environnement. Le principe de marché l’emporte une nouvelle fois sur le principe de précaution. Ce texte ne construit pas le "Le Futur Que Nous Voulons" et les générations futures devront se battre avec d’autant plus d’énergie pour imposer celui qu’elles veulent vraiment! », écrit-il. «L’innovation verte n’est pas suffisante pour endiguer la crise écologique. Nous devons changer nos habitudes de consommation et transiter cers des modes de vie mêlant à la fois le souhait d’une meilleure existence et la nécessité du changement», poursuit-il.

Avis aux dirigeants de la planète : le développement durable est au cœur des préoccupations de la jeunesse mondiale. « ScenaRio 2012 », une enquête réalisée par la Fondation pour l’innovation politique et Nomadéis auprès de 30 000 jeunes aux quatre coins de la planète révèle ainsi que 90% de la jeunesse mondiale estime qu’il faut protéger la nature afin de pouvoir la transmettre aux générations futures.

Si les leaders du monde actuel ne sont pas prêts à relever le défi, la nouvelle génération est déjà dans les starting blocks…

@PHOTO : http://www.flickr.com/photos/foradoeixo/7161074213/




comments powered by Disqus

Learn More

Share