Les associations de blogueurs africains en question

Posted October 16, 2013 no picture Amon Remy Mallet

no picture Amon Remy Mallet View Profile
Member since July 12, 2013
  • 13 Posts

Des blogueurs sénégalais à une rencontre ''Ndadjetweetup''

Des blogueurs sénégalais à une rencontre ''Ndadjetweetup''

« Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite ». C’est par cette citation de Henry Ford que Sinatou Saka a bien voulu résumer le bien-fondé d’une association de blogueurs. Au Bénin, son pays, il n’existe pas encore de regroupements de bloggeurs. Pour la jeune bloggeuse de la plateforme française Mondoblog, il est grand temps de mettre en place ‘’une institution unique’’ pour représenter les férus du Web chez elle.

Ce pas, les Ivoiriens l’ont déjà franchi. Au mois de d’Aout dernier, l’Association des Bloggeurs de Côte d’Ivoire (ABCI) naissait. Dans ce pays de près de 20 millions d’habitants, Internet occupe désormais une place importante dans la vie des citoyens. Les Ivoiriens se sont appropriés ainsi des outils tels que Facebook et Twitter pour ne mentionner que ceux-là.. Le Hashtag #ci225 est la porte d’entrée sur Twitter à l’univers Ivoirien d’informations sur le Web.

PASSER DU VIRTUEL AU RÉEL

‘’Fédérer les compétences’’. Ce sont les mots de la vice- présidente de l’ABCI pour parler du but de son association. A en croire Edith Brou, l’ABCI a pour objectif de ‘’raffermir la cohésion’’ au sein la blogosphère ivoirienne. Pour elle, il s’agit de ‘’passer du virtuel au réel’’ pour l’échange d’idées dans sa communauté.

Au Cameroun une association dénommée Collectif des blogueurs Camerounais vient de voir le jour.

Entre temps, au Sénégal, le NdajeTweetup est à sa deuxième édition. Cette manifestation permet aux blogueurs du Sénégal de se rencontrer en chair et en os pour échanger sur leurs activités. La dernière rencontre s’est tenue en présence des ambassadeurs du Royaume Uni, des pays bas et des Etats-Unis. Le réseau des blogueurs de ce pays comprend environs 75 membres actifs, selon Basile Niane, son président.

‘’C’est un garantie de sécurité et un gage de crédibilité’’, estime Demba Gueye, l’homologue d’Edith Brou au pays de la Téranga. De son avis, se réunir en association est aussi une affaire de visibilité pour le blogueur qui s’y engage.

’Si le blogueur veut que sa voix porte, il est important pour lui de s’associer à des blogueurs influents, par le principe de l’affiliation’’, laisse-t-il entendre. Se mettre sous la bannière d’une telle association, selon lui, ne procure que des avantages.

MALI, LA CRISE EST PASSÉE PAR LA

Peut-être que leurs voisins maliens ont compris ces avantages. Car, à en croire le responsable des blogueurs maliens, le projet de mettre en place une association aurait germé dans la capitale sénégalaise.

Mais pour Lancinet Sangaré, qui préside l’Association de bloggeurs du Mali (ABM), tout est parti d’un constat amer : L’insuffisance de l’accès à l’information pendant la crise du Nord du Mali.

Il s’agit donc, pour lui et ses camarades, à travers cette association de rectifier le tir en la matière. "Notre objectif est d’informer et de sensibiliser l’opinion nationale sur des thématiques comme le civisme, le patriotisme, la bonne gouvernance ", explique-t-il . Il regrette, en outre, que les passionnés de technologies de l’information évoluent en ‘’rang dispersé’’ dans son pays.

‘’QUAND ON PARLE D’ASSOCIATION, L’ARGENT N’EST PAS LOIN’’

Au-delà de son regret se pose la question de l’utilité réelle pour les blogueurs de s’associer. Si pour Edith Brou, l’ABCI constituerait un ‘’interlocuteur direct’’ auprès des autorités et des différentes institutions, c’est en revanche là que se trouve tout le problème selon Florian Ngimbis, blogueur camerounais.

’Le bloggeur a-t-il besoin de mandater quelqu’un pour parler en son nom ? ’’, S’interroge-t-il. Avant de répondre : ‘’Je ne le pense pas. Pour cela, nous avons nos blogs, espace de partage, d’échange, et surtout de liberté de nos opinions sur la politique, l’art, ou tout autre sujet qui nous intéresse’’.

Cependant, bloguer est une activité personnelle, l’idée d’association ne pourrait-telle pas biaiser ce principe ?

’Non pas du tout, répond Edith Brou, Bien au contraire, Notre objectif est de conseiller et d’orienter tout en offrant la possibilité aux membres de s’exprimer sur tous les sujets qui les concernent ’’.

‘’Je partage l’avis que vouloir encadrer une activité dont l’essence même reste la possibilité de s’exprimer librement, on tombe dans un non-sens. Heureusement, pour notre réseau, l’essentiel reste de donner plus de force aux activités individuelles des membres’’, estime pour sa part le responsable des blogueurs Burkinabés, Justin Yarga. Au pays des hommes intègres, c’est depuis Juin 2012 que leur association a vu le jour.

Toutes ses déclarations de bon sens ne convainquent guère le bloggeur camerounais qui signe et persiste.

‘’Quand on parle d’associations, c’est que les histoires d’argent ne sont pas loin (.) J’ai peur que tout finisse en manipulation et autres détournements (…) Mon blog est ma tribune, elle est libre et vraie, elle parle pour moi et c’est pourquoi les gens me font confiance. Mais s’il devient une entité, d’un vaste ensemble, je perds de ma crédibilité, car on ne sait plus si mes idées sont de moi, ou subissent l’influence des courants d’idée et d’argent qui ne manqueront pas de traverser l’association’’, explique le rédacteur de chroniques camerounaises, qui pour sa part est plutôt adepte de la virtualité pour mener les projets.

Sa compatriote, Danielle Ibohn ne voit pas les choses de la même manière. ‘’Non l’association, c’est une entité, Le blogueur un individu. Aussi différents que nous sommes, l’association nous réunit juste. L’activité personnelle contribue à faire connaître l’entité’’, lance la ‘’Mondoblogeuse’’.

Quant à Basile Niane, bien qu’il soit président de l’Association des blogueurs du Sénégal, il avoue cependant partager l’avis selon lequel les blogueurs n’ont pas besoin de s’associer. Il est plutôt adepte du mot communauté ou encore réseau, plutôt que celui d’association. Cela conduirait, à l’en croire, un grand nombre de personnes à participer à l’activité du blogging.

’Mais il faut noter aussi que nous avons parfois besoin d’une structure si nous voulons monétiser notre travail. Il y a beaucoup d’ONG et de sociétés qui recherchent des blogueurs pour leur visibilité’’, précise-t-il.




Afrique blogs bloggeurs francophones medias en afrique




comments powered by Disqus

Learn More

Share