Un "Fade-out" pour 1 millions de signatures avant le 15 mars !

Posted March 11, 2014 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi View Profile
Member since May 9, 2011
  • 284 Posts

Déterminés et mobilisés ? Oui, nous le sommes ! Et souhaitions vivement que vous nous rejoigniez, et que vous aidiez à mobiliser le reste de vos amis, proches et connaissances pour atteindre et dépasser ces 1 million de signatures pour les enfants en Syrie. Et c’est cet engagement que nous affichons depuis aujourd’hui sur le site de l’Unicef , de ses partenaires et de La Voix des Jeunes notamment avec "Fade-out", cette page blanche appelant à signer la pétition.

Rappelons que cette pétition s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Non à une génération perdue » en Syrie. Il s’agit d’une stratégie globale visant à soutenir l'éducation et la protection des enfants touchés par le conflit en Syrie en mobilisant les ressources nécessaires et en mettant en oeuvre des initiatives essentielles sur le terrain pour fournir aux enfants un soutien psychologique et les doter des compétences qui leur permettront de contribuer à instaurer la paix et de meilleures conditions de vie en Syrie et dans la région.

Sur la photo illustrant le présent article, on pourrait tous s’entendre au moins sur le fait que nous observons une jeune fille, sous l’encadrement d’un adulte, qui est en pleine résolution d’un exercice de mathématiques sous une tente (qui semble s’apparenter à une salle d’apprentissage en groupe, si on considère ces deux enfants en arrière plan).

Eh bien, c’est un constat correct. La seule différence est qu’il s’agit d’une photo prise en décembre 2013 dans une classe-tente soutenue par l’Unicef dans le camp de réfugiés syriens de Kawergosk (au Kurdistan). Cette fillette de 12 ans fait en effet partie des 1,2 millions d’enfants qui ont fuit la Syrie du fait de la violence. En temps de paix comme de guerre, les droits des enfants à une protection et à une éducation ne doivent pas disparaître. Et c’est aussi le message de cette pétition.

La protection est un mot qui revient plusieurs fois dans la Convention relative aux Droits de l’enfant, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 novembre 1989.

En effet, déjà dans le préambule, les Etats partie rappellent avoir à l'esprit que la nécessité d'accorder une protection spéciale à l'enfant a été énoncée dans plusieurs instruments internationaux sur les droits des hommes et des enfants, singulièrement la Déclaration des droits de l'enfant de novembre 1959, qui dispose que « l'enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d'une protection spéciale et de soins spéciaux …»

Et la convention précise qu’en vertu du Droit international humanitaire (ensemble de règles qui, pour des raisons humanitaires, cherchent à limiter les effets des conflits armés en protégeant les personnes qui ne participent pas ou plus aux combats) cette protection spéciale des enfants n’est aucunement remise en cause. Ainsi, « conformément à l'obligation qui leur incombe en vertu du droit humanitaire international de protéger la population civile en cas de conflit armé, les Etats parties prennent toutes les mesures possibles dans la pratique pour que les enfants qui sont touchés par un conflit armé bénéficient d'une protection et de soins », dispose l’Article 38.4

Quant à l’application du droit à l’éducation, l’article Article 29 de la dite Convention dispose entre autre que « les Etats parties conviennent que l'éducation de l'enfant doit viser à […] préparer l'enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d'égalité entre les sexes et d'amitié entre tous les peuples et groupes ethniques, nationaux et religieux, et avec les personnes d'origine autochtone. »

Malheureusement aujourd’hui en Syrie, 4000 écoles ne peuvent être utilisées car elles sont abîmées, détruites, ou servent d’abri pour les populations.

Voici quelques jours, nous écrivions sur ce blog qu’en signant cette pétition, nous demandons aux leaders mondiaux :

- La fin de la violence à l’encontre des enfants syriens

- La fin du blocage de l’aide humanitaire en destination des populations

- La fin des attaques en direction des travailleurs humanitaires, des écoles et hôpitaux

- Plus d’investissements dans les programmes d’éducation et de protection psychologique au profit de tous les enfants affectés par cette crise syrienne.

D’ici le samedi 15 mars, date du troisième anniversaire du début du conflit syrien, nous vous demandons d’afficher et d’exprimer votre engagement aux côtés de l’Unicef et de ses partenaires en aidant à atteindre et dépasser ces 1 millions de signatures pour les enfants syriens. Cliquez ici pour le faire.

© UNICEF/NYHQ2013-1417/Noorani


Pétition No lost generation Enfant de syrie




comments powered by Disqus

Learn More