"Valorisez votre culture, c'est une richesse sur laquelle on peut s'appuyer" Augustin

Publicado 17 de enero de 2014 no picture

Se registró el día 27 de marzo de 2013
  • 93 Artículos

Du 13 au 17 janvier, le sommet panafricain des jeunes leaders se tenait à Dakar sur le thème du chômage des jeunes. La Voix des Jeunes est allé sur place et a interviewé des participants. Nous vous proposons d'aller à la rencontre d'Augustin Nzambimana, burundais de 32 ans.

LVDJ: Parle-nous de toi et de ton engagement

Je viens d’une zone rurale du Burundi. Depuis 2003, je me suis engagé dans diverses associations. Il y a trois ans, j’ai rejoint l’ « Association pour l’Encadrement et l’Assistance des Orphelins, des Veuves et Veufs en Détresse » (AEAOVVD). Cette association travaille en partenariat avec l’ONG « New Life for the Nations ». Nous accueillons entre autres des jeunes qui sont dans la rue. Actuellement, nous hébergeons 27 enfants.

Par ailleurs, j’ai fait une licence de géographie au Burundi et je suis actuellement professeur de géographie au collège.

LVDJ: Qu’as-tu retenu de ce sommet panafricain des jeunes leaders ?

Durant ce sommet, je me suis rendu compte que nous, jeunes africains, nous avons les mêmes défis, peu importe notre culture. Par ailleurs, j’ai vu que certains pays étaient très avancés en matière de lutte contre le VIH/SIDA, alors que d’autres sont en arrière. Par exemple, en Egypte, on subit encore des discriminations lorsque l’on est séropositif. Au Burundi, de plus en plus de séropositifs ne cachent plus leur maladie, on ose dire qu’on est porteur du virus. On peut donc discuter avec d’autres jeunes pour les conseiller et échanger sur la lutte contre le VIH. Concernant le chômage, chez nous il y a encore beaucoup de problèmes car après les études on ne trouve pas de travail. Le gouvernement met en place des programmes pour que les jeunes trouvent un emploi mais c’est pour des périodes courtes, de quelques mois.

LVDJ: Si tu devais organiser le sommet l’année prochaine, que changerais/ajouterais-tu? Quel serait le thème ?

Bonne question ! Si j’étais organisateur, je ferai tout d’abord une évaluation de l’atteinte des objectifs qu’on s’est fixés durant ce sommet lors de l’ouverture du prochain sommet. Par ailleurs, j’augmenterais la durée du sommet pour pouvoir laisser plus la parole aux jeunes, à chacun de s’exprimer. Chacun est fort dans un domaine, il faudrait plus favoriser les échanges.

Le sujet que je choisirais est la recherche scientifique chez les jeunes et la promotion des métiers scientifiques (par exemple dans l’environnement, la santé…). Un autre sujet qui me tient à cœur est la participation des jeunes dans la consolidation de la paix. Nous voulons le développement, nous ne voulons pas que les politiciens nous distribuent de l’argent.

LVDJ: As-tu un message à faire passer aux autres jeunes du monde entier ?

Ne vous éloignez pas des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Valorisez votre culture. Moi, je porte des habits traditionnels, c’est une richesse sur laquelle on peut s’appuyer. C’est bien d’accepter ce qu’on est pour gagner des combats. Il faut aussi que les jeunes organisent des évènements chez eux, dans leur communauté. On a tendance à tout organiser dans les centres urbains, les évènements sont souvent en ville.


#PAYLS2014 Burundi




comments powered by Disqus

Lee más