1 jeune, 1 voix! Janie Morice, l'engagement jeunesse

Publicado 8 de agosto de 2013 no picture

Se registró el día 27 de marzo de 2013
  • 95 Artículos

Je m’appelle Janie Morice. J’ai 23 ans, je suis née en France et ai vécu jusqu’à mes 18 ans sur la belle côte nord de la Bretagne. Actuellement, je suis coordinatrice nationale à Paris du Forum Français de la Jeunesse, une association de représentation des jeunes par eux-mêmes au niveau national et d’échange et de travail sur les enjeux de société.

Après des études d’Animation Sociale et Socioculturelle à Tours, j’ai réalisé un volontariat par le biais du dispositif français du Service Civique au sein de l’association Animafac, réseau national d’associations étudiantes qui a pour objectifs principaux d’accompagner les bénévoles étudiants à la réalisation de leurs projets et de mettre en lien les associations étudiantes pour qu’elles puissent échanger entre elles. Après 9 mois d’engagement en Service Civique au sein d’Animafac, je suis devenue salariée à Paris pour être animatrice de la Région Ile-de-France puis, l’année suivante, du Nord-Ouest de la France.

Mes intérêts sont multiples mais tournent tous plus ou moins autour de l’engagement ou du militantisme. Ainsi je suis, selon les sujets, bénévole, salariée, passionnée ou militante sur les différents thèmes suivants : la jeunesse, l’éducation populaire, le monde associatif, l’environnement, l’égalité homme-femme, l’économie sociale et solidaire ou encore l’éducation aux médias.


Quelles sont les attentes de la jeunesse dans ton pays ?

Je pense que les attentes de la jeunesse en France mais aussi dans d’autres pays sont nombreuses, cette simple question me suffirait sûrement à écrire une thèse. Pour synthétiser, je pense tout d’abord qu’il faut nous laisser une place dans le débat public et la prise de décision. Dans la grande majorité des instances de décision, que ce soit le gouvernement ou les associations et partis politiques, il est d’usage de parler des jeunes à notre place et de faire des choix qui nous concernent sans nous consulter ou peu. Nous avons tous une parole et des avis qui peuvent facilement se transformer en propositions concrètes si on nous permet de les exprimer et qu’on nous écoute. Un changement à l’intérieur même des lieux de décision, dans l’organisation interne et la vision qu’ont les responsables, est donc nécessaire. Pour que celui-ci soit possible, il faut une action politique qui puisse être un déclencheur, par exemple avec des actions comme la limitation des mandats dans le nombre et la durée qui permet concrètement le renouvellement des décideurs et ouvre la porte aux jeunes.

Ensuite, je pense également qu’un changement politique profond de traitement de la jeunesse est nécessaire. En effet, les différents gouvernements successifs ont selon moi une action jeunesse reposant sur deux bases qu’il faudrait faire évoluer : la première est qu’il leur est difficile de formuler une ligne politique globale et claire sur la jeunesse et la deuxième est que les politiques jeunesses sont insuffisamment intégrées dans les politiques communes à l’ensemble de la société.

De plus, il est également nécessaire de lutter contre les clichés sur les jeunes ainsi que sur la généralisation. Il est souvent question « du jeune » qui représenterait hypothétiquement l’ensemble des jeunes alors qu’il existe, comme pour toutes les autres générations, de nombreuses personnalités et situations différentes. Il est donc primordial de ne plus parler des jeunes comme si être jeune représentait une définition à part entière. Les jeunes sont engagés ou fainéants, ruraux ou urbains, actifs, étudiants ou chômeurs, indépendants ou dépendants, fêtards ou calmes, … Bref les jeunes sont des citoyens comme tout le monde.

Je pense par ailleurs qu’une meilleure reconnaissance des initiatives jeunes et des organisations de jeunesse est nécessaire. En effet, même si c’est loin d’être le fait le plus médiatisé sur la jeunesse, énormément de jeunes s’engagent que ce soit au niveau local, national ou international et ce sur de nombreuses thématiques afin de participer à la société et de la faire évoluer positivement. Il existe alors également des organisations de jeunesse, créées pour permettre aux jeunes de s’engager, d’agir, de s’exprimer et de se faire entendre. L’engagement individuel des jeunes comme les organisations de jeunesse mériteraient tout deux d’être davantage soutenu, médiatisé et valorisé.

En quoi la participation des jeunes est, selon toi, nécessaire pour nos sociétés d'aujourd'hui ?

Je pense que la participation des jeunes est tout simplement primordiale pour nos sociétés. Ce sont les jeunes qui auront à supporter et assumer les choix d’aujourd’hui, ceux-ci ne peuvent et de doivent donc pas être fait sans nous. De plus, je pense que les jeunes sont les premiers concernés par les changements de la société. On peut le voir avec les nouvelles technologiques ou encore le chômage, les jeunes sont les premiers utilisateurs des premiers et les plus touchés par le deuxième, ils font donc partie des plus à même d’exprimer les évolutions qu’ils induisent ainsi que les de prendre des décisions sur ces thèmes. Enfin, pour connaître un bon nombre d’initiatives innovantes de jeunes que ce soit par le Forum Français de la Jeunesse, Animafac ou encore des organisations comme Jets d’encre et MédiaEducation qui travaillent autour de la reconnaissance de la presse d’initiative jeune et de l’éducation aux médias, j’arrive facilement à imaginer l’ampleur des actions qui pourraient être mises en place en permettant un développement et une meilleure prise en compte des projets portés par les jeunes et des associations qui les soutiennent.


Parle-nous du Forum Français de la Jeunesse que tu coordonnes. Qu'est-ce que c'est ? Comment en es-tu venue à t'y investir ?

Le Forum Français de la Jeunesse (FFJ) est une association créée il y a un an autour de la volonté des principales organisations françaises gérées et animées par des jeunes, celle de voir la jeunesse prendre la parole afin de faire avancer le débat public. Ces structures, syndicales, associatives, mutualistes ou politiques sont convaincues, par-delà leurs divergences, que la jeunesse a une parole à apporter à notre société. C’est donc un impératif démocratique d’entendre cette parole. Celle d’une génération qui a du mal à se faire une place dans le monde du travail et dans les divers lieux de représentation. C’est oublier que la jeunesse devra assumer demain les choix d’aujourd’hui.

Le Forum Français de la Jeunesse est une assemblée autonome des pouvoirs publics. Comme je le disais dans ma présentation, le FFJ se veut un espace de représentation des jeunes par eux-mêmes au niveau national mais également d’échange et de travail sur l’ensemble des enjeux que traverse notre société.

Pour synthétiser, le Forum Français de la Jeunesse porte trois actions principales : il produit des « avis » contenant des constats et propositions sur l’ensemble des thèmes de société qui touchent les jeunes (santé, logement, citoyenneté, mobilité) ; il saisit les pouvoirs publics sur ces thèmes pour que les propositions formulées soient intégrées dans les politiques publiques développées ; il agit pour la reconnaissance des organisations dirigées par des jeunes, en appuie le développement et sensibilise les différents acteurs de la société à l’importance de la prise en compte de la parole des jeunes.

Je suis devenue Coordinatrice nationale du Forum Français de la Jeunesse en postulant en juin dernier après deux ou trois mois à regarder les offres d’emplois sans rien trouver de pertinent jusqu’à ce que je tombe sur cette organisation de jeunesse qui réunit beaucoup des valeurs et thèmes qui me tiennent à cœur et qui se situe dans la continuité de mon engagement sur la jeunesse.

Quelle est ta devise ou ta phrase/expression préférée ?

J’en aime beaucoup mais pour en choisir une seule ce serait une phrase de Samuel Clemens plus connu sous le nom de Mark Twain comme auteur des Aventures de Tom Sawyer. Cette phrase est « Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait ».

Je trouve qu’elle correspond bien à l’idée qu’il y a d’un côté les mœurs, les anciennes façons de faire et les stéréotypes et de l’autre les initiatives, l’innovation, le changement et la jeunesse. N’entend-on pas souvent que les jeunes sont ignorants ? Cela voudrait donc dire que nous ne savons pas que certaines choses sont impossibles et que nous pouvons alors toutes les réaliser !

As-tu un conseil ou un message à faire passer aux autres jeunes ?

Tout simplement de trouver les thèmes qui leurs tiennent à cœur, de chercher pour trouver d’autres personnes qui y sont sensibles et les organisations qui travaillent sur ces thèmes car il en existe forcément et de foncer.

En laissant de côté les aprioris, les critiques et les doutes on se rend rapidement compte que l’on n’est pas seul, que l’on peut agir et qu’en le faisant on peut même faire changer les choses.





comments powered by Disqus

Lee más