1 jeune, 1 voix! Louis, l'infatigable défenseur de la culture et population Tsiganes.

Publicado 13 de noviembre de 2013 no picture

Se registró el día 27 de marzo de 2013
  • 98 Artículos

Cette semaine dans La Voix des Jeunes, c'est un jeune homme plein de détermination et à l'engagement sans faille que nous rencontrons. Pourtant jeune, il est déjà connu des médias français pour son rôle de porte-parole des Tsiganes. Quand certains hommes politiques tiennent des propos déplacés sur ces populations, Louis n'hésite pas à monter au créneau, et il publie par ailleurs des ouvrages pour mieux faire connaître les Tsiganes et leur culture. Un grand merci à lui pour cette interview!

Je m'appelle Louis de Gouyon Matignon, j'ai 22 ans. Je préside l'association Défense de la Culture Tsigane depuis le 13 juillet 2012, dont le but est de défendre et promouvoir la culture des Tsiganes (Manouches, Gitans et Roms).J'habite Paris et suis actuellement étudiant en troisième année de Droit à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Comment en es-tu venu à t'investir auprès des Tsiganes ?

J'ai rencontré les gens du voyage, citoyens français itinérants (Manouches, Yéniches, Gitans, forains, commerçants ambulants et artistes de cirque), grâce à la musique du guitariste français Django Reinhardt (1910-1953), inventeur du jazz manouche.En voulant jouer dans le style du maître, je me suis rendu dans différents cafés et festivals où cette musique était pratiquée. J'ai donc eu la chance de rencontrer les Manouches, puis d'être invité à passer du temps chez eux, dans les caravanes.
La musique, et en particulier la guitare, a été un fil conducteur.Grâce à mes rencontres musicales, j'ai découvert des Français qui souffraient. J'ai eu envie de me battre pour eux et de dépasser la musique.

Quel est le cliché à propos des Tsiganes qui t'énerve le plus ?

2 idées reçues m'énervent particulièrement :

- Les gens du voyage ne paient pas d'impôts.
En effet, beaucoup de contradicteurs me reprochent de prendre position pour une catégorie de français ne payant pas d'impôts, et en somme, ne souhaitant pas s'intégrer au pays. C'est totalement faux. Ceux qui ne payent pas d'impôts, ne sont pas imposables ; beaucoup d'autres français ne sont pas imposables. Pour les autres, ils payent des redevances pour l'eau, l'électricité et les places lorsqu'ils stationnent sur des aires d'accueil, ou toute les taxes d'habitation lorsqu'ils sont propriétaires de terrains.


- Les gens du voyage voyagent tous.
Beaucoup de citoyens français anciennement itinérants ont choisis d'arrêter de voyager pendant la période hivernale et de ne partir sur les routes que pendant les périodes estivales. En réalité, très peu de gens du voyage se déplacent de façon itinérante tout au long de l'année, car il devient de plus en plus compliqué de voyager (coût, manque de place sur les airs d'accueils, répression judiciaire lors d'installations illégales).


Selon toi, quelles sont les attentes de la jeunesse française ? Et des jeunes Tsiganes en particulier ?


Je crois que les jeunes attendent aujourd'hui que quelque chose se passe. Nous sommes trop statiques, et la conjecture politique crée une situation de tension.En un mot : il faut que ça bouge !
Les jeunes Tsiganes se voient à travers cette analyse et souhaitent que leur culture et leur mode de vie soient davantage respectés.


En quoi la participation des jeunes est nécessaire/importante pour nos sociétés d'aujourd'hui ?


Parce que nous sommes l'avenir, nous illustrons l'espoir, et enfin, car les grands projets se bâtissent sur du neuf.
Nous avons la chance de pouvoir penser " DIFFÉRENT ".

Quelle est ta devise ou ta phrase/expression préférée?

Nous avons du pain. Nous voulons des lois. La vraie révolution est en marche.
(revendication de la population chinoise et pékinoise place Tien Han Men).

As-tu un conseil ou un message à faire passer aux autres jeunes ?

Oui : pour réussir, il faut OSER!

Pour en savoir plus sur l'action de Louis, retrouvez son blog et les articles de presse à son sujet


citoyenneté tsiganes France




comments powered by Disqus

Lee más

Share