Avec IFAW, A’Salfo (Magic Systèm) s’engage pour le sauvetage des éléphants en Côte d’Ivoire

Publicado 17 de enero de 2014 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Ver Perfil
Se registró el día 9 de mayo de 2011
  • 284 Artículos

En plus du footballeur international Didier Drogba, ils font assurément partie de ces ivoiriens qui contribuent depuis de longues années à véhiculer dans le monde entier une image à la fois positive et pleine d’espoir de leur pays, la Côte d’Ivoire. Voici plus d’une décennie que les membres du groupe Magic System font danser le monde entier, sur les différents continents. De Paris à Pékin, en passant par Bruxelles, Tokyo, Dakar, Taipei, Tel-Aviv, Pékin, Casablanca, Téhéran, Québec, New York, Luanda ou encore Montréal, les fans de ces grandes villes ont déjà eu la chance de vibrer et communier avec les « enfants d’Anoumanbo » (un quartier-village d’une des communes d’Abidjan, capitale économique de Côte d’Ivoire) sous les mélodies de « Premier Gaou », « Zouglou danse », « Chéri coco », « Ki dit mié », « Tango Tango »…

Mais l’une des forces de ce groupe se retrouve aussi dans leurs engagements citoyens, tant au plan local, à Anoumanbo, qu’à un niveau plus important. Ainsi par exemple, depuis septembre 2012, le leader de Magic Systèm, Salif Traoré, plus connu sous son nom d’artiste A’Salfo, est Ambassadeur de bonne volonté de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Aujourd’hui, avec les trois autres membres du groupe, A’Salfo s’engage aux côtes de l’IFAW (International Fund for animal Welfare – Fonds international pour la protection des animaux) pour la une opération de sauvetage des éléphants, l’emblème de la Côte D’Ivoire. En effet, le pays héberge parmi les derniers éléphants de forêt d’Afrique de l’Ouest, une sous-espèce en danger d’extinction qu’il importe de protéger.

En effet, « depuis près de deux ans, victimes d’une pression anthropique croissante au sein de leur habitat d’origine, le parc national de la Marahoué, une dizaine d’éléphants de forêt (les derniers survivants de ce parc) s’est installée en périphérie de la ville de Daloa à 380 kilomètres au Nord-Ouest d'Abidjan, dévastant les cultures des communautés rurales et entrant en conflit de façon récurrente avec celles-ci à des fins de subsistance », lit-on sur le site de cette organisation.

L’accord qui lie l’Etat ivoirien à IFAW consistera à « déplacer les animaux vers une zone protégée dont la sécurisation est en cours de renforcement afin d’accueillir les pachydermes, Le Parc national d’Azagny a été retenu en raison d’un écosystème favorable à la présence d’éléphants de forêt, de frontières naturelles limitant les risques d’incursions humaines et de sa proximité avec Abidjan afin de stimuler le développement écotouristique du parc ».

En plus de sauver les éléphants, Madame Céline Sissler-Bienvenu, Directrice d’IFAW France et Afrique francophone, note que cette opération a également le mérite de « permettre aux villageois de retrouver leur sérénité après avoir vu leur quotidien bouleversé par la présence de ces animaux durant de longs mois ».

En associant leur image à cette opération, A’Salfo et ses amis de Magic Systèm nous appellent à soutenir IFAW pour son action concertée avec le gouvernement ivoirien. Et La Voix des Jeunes est heureuse d’aider à communiquer sur cet engagement.

Notons pour finir que IFAW a été créée en 1969. Son action vise à apporter une assistance sur le terrain aux animaux en détresse, qu'il s'agisse de chiens et de chats, d'animaux sauvages ou domestiques, ou de bêtes frappées par une catastrophe naturelle.

Côte d'Ivoire Elephants IFAW




comments powered by Disqus

Lee más