Entre actions et espoir, le PAM nous parle de la faim au Mali

Publicado 19 de marzo de 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Ver Perfil
Se registró el día 9 de mayo de 2011
  • 279 Artículos

Voici déjà un an que le Mali, le pays de "la cité des 33 saints", traverse une crise militaro-politique avec son corollaire de conséquences sur les populations. En effet, en plus de l’impact de la crise humanitaire qui touche le Sahel depuis plusieurs mois, la situation actuelle dans le pays a fortement produit un surplus de déplacement de populations tant en interne que vers les pays limitrophes, sans oublier d’affecter sérieusement l’accès aux services sociaux de bases, tel que l’alimentation, de plusieurs familles.

« Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), depuis que le conflit a commencé, début 2012, environ 431 000 personnes auraient été déplacées (260 000 déplacés à l’intérieur de leur propre pays et 170 313 réfugiés) et 4,3 millions de personnes auraient besoin d’une aide humanitaire », nous dit un article publié sur le site de IRIN et qui exposait une analyse sur comment venir à bout de la crise malienne à long terme.

C’est derniers jours, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a publié sur son site les 8 faits à savoir sur la faim au Mali ainsi que ses actions pour apporter de la nourriture et de l’espoir aux populations. Faits que nous vous présentons ci-dessous :

1. La situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle s’est dégradée ces derniers mois suite à un conflit au nord du pays qui a déplacé environ 335 000 personnes et a également entravé l’accès humanitaire vers les populations qui se trouvent toujours bloquées dans les régions affectées.

2. Plus de 80% des familles au Mali dépendent entièrement de ce qu’elles cultivent elles-mêmes sur leurs petites parcelles. La région est en proie à la sécheresse, les inondations et la sauterelle et un manque de systèmes d’irrigation et de l’équipement agricole a rendu la population très vulnérable aux chocs climatiques.

3. Environ 15% des enfants au Mali étaient touchés par la malnutrition aiguë même avant la crise. Plus d’un-cinquième des enfants d’âge scolaire ne vont pas à l’école : trois-quarts de ces enfants sont des filles.

4. Environ 69% de la population malienne vit en dessous du seuil de pauvreté. Le pays est ainsi classé 175e sur 187 pays selon l’indice du développement humain du PNUD.

5. Cette année, le PAM prévoit de soutenir environ 1 million de personnes au Mali dont plus de la moitié s’agissent des familles touchées par le conflit. Parmi les autres se trouvent des personnes habitant au sud du pays qui participent à des projets communautaires et reçoivent un soutien nutritionnel en contrepartie.

6. Le PAM utilise de petits bateaux pour transporter des vivres via le fleuve Niger vers les villes de Tombouctou et de Gao au nord du Mali. Depuis le début de la crise, l’agence a ainsi acheminé des vivres suffisantes pour nourrir 68 000 personnes pour un mois. Le transport routier est difficile et dangereux mais un convoi du PAM chargé de vivres pour 6 500 écoliers a réussi à traverser la frontière nigérienne à destination de Gao.

7. Outre l’assistance alimentaire fournie aux familles déplacées, le PAM commencera également des distributions d’argent qui permettront aux bénéficiaires d’acheter de la viande, des légumes et des produits frais selon leur préférence. De plus, cela permettra également de dynamiser l’économie locale.

8. Amadou et Mariam, le couple de chanteurs de renommée internationale, viennent tous les deux du Mali. Ils se sont rencontrés dans un institut des jeunes aveugles à Bamako où ils ont commencé à chanter ensemble. Les chanteurs sont devenus Ambassadeurs du PAM contre la faim en 2010. Suite à leur nomination, le couple s’est rendu en Haïti dévasté par le séisme où ils ont tourné le clip de leur chanson "Labandela" dédiée à la lutte contre la faim.

© UNICEF/MLIA2012-00889/TANYA BINDRA - MALI, 2012




comments powered by Disqus

Lee más