Environnement : « Penser, manger, préserver », pour moins de gaspillage alimentaire

Publicado 5 de junio de 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Ver Perfil
Se registró el día 9 de mayo de 2011
  • 284 Artículos

Le gaspillage alimentaire est exacerbé par un mauvais contrôle de nos portions ou un achat en trop grande quantité d’aliments frais jetés avant leur utilisation.

Fuente: http://www.thinkeatsave.org/fr/index.php/take-acti...

Ce mercredi 5 juin 2013, en dehors de la remise du prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix au Chef d’Etat français François Hollande, la communauté internationale célèbre la Journée mondiale de l’environnement. Cette année, le thème retenu pour cette célébration est « penser, manger, préserver ».

Selon les estimations de l'Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), chaque année 1,3 milliards de tonnes d’aliment sont gaspillés. Cela représente la même quantité de nourriture produite dans l’ensemble de l’Afrique sub-saharienne. Au même moment, 1 personne sur 7 dans le monde va au lit en ayant faim et plus de 20 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour de faim.

Dans le message qu’elle adresse à l’occasion de cette Journée, Madame Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, écrit que « ce gâchis est inacceptable à l’heure où des millions de gens souffrent de la faim. Avec un impact grandissant sur notre environnement, nous devons trouver des méthodes plus durables pour la production alimentaire. Nous devons réfléchir à ce que nous mangeons afin de sauver notre planète. »

Depuis plus de deux années, votre blog La Voix des Jeunes est constamment mobilisé dans l’action de sensibilisation et d’éducation sur cette question du gaspillage alimentaire. Et ce à travers quelques contributions publiées.

Aujourd’hui, à l’occasion de cette Journée mondiale de l’environnement, nous soumettons à votre lecture cet article qui propose 10 conseils pour réduire notre empreinte alimentaire ainsi que nos factures.

Gardons donc à l’esprit que si chacun s’y met un peu, avec déjà ce que nous produisons comme nourriture, nous serons vraiment loin, très loin de ce milliard de personne qui souffrent de la faim dans le monde. « Chacun de nous doit repenser ses habitudes alimentaires afin d’avoir un impact sur l’ensemble de la chaîne. C’est ainsi que nous bâtirons les fondements d’une plus grande durabilité », comme le note Madame Bokova.

Pensons-y un peu plus et communiquons avec nos entourages et proches sur cette question du gaspillage alimentaire.




comments powered by Disqus

Lee más