L'entrepreneuriat social au Népal

Publicado 27 de febrero de 2014 no picture Incubating Change

no picture Incubating Change Ver Perfil
Se registró el día 14 de febrero de 2014
  • 5 Artículos

Le Népal, un des pays les plus pauvres au monde et pourtant...

Pour cet article, je ne m’arrêterai pas sur les chiffres mais plutôt sur ma rencontre avec le peuple népalais, avec ces personnes qui chaque jour y croient et agissent pour montrer que ce pays pleins de ressources et de valeurs humaines a aussi le droit de se développer et d’aspirer à un avenir meilleur.

Coincés entre les deux grandes puissances ; indienne et chinoise, ce petit pays de 27 million d’habitants a beaucoup souffert ces dernières années notamment suite à la guerre civile (1996-2006) qui opposait les maoïstes à la monarchie ainsi qu’au gouvernement en place de l’époque.

Bien que ce conflit soit actuellement terminé, le système politique est toujours instable et après 7 ans, la Constitution est toujours en préparation. Dans la région de Katmandou, les personnes ont accès à l’électricité seulement 12 heures par jour (ironie du sort, il existe même une application mobile qui permet de connaître instantanément quelle partie de la ville a accès à l’électricité) ; le chômage est important et beaucoup de jeunes partent faire leurs études à l’étranger et y restent travailler ; le système éducatif est à revoir (seulement 50% des étudiants obtiennent le SLC (School Leaving Certificate), équivalent au brevet et de plus, le pays est aussi sujet aux catastrophes naturelles. Tout cela est un réel frein au développement de l’économie qui est déjà fragile.

Pourtant dans ce contexte souvent difficile, les entreprises sociales se développent petit à petit. Même si la culture au Népal n’est pas autant entrepreneuriale qu’en Inde, que les gens manquent souvent de confiance pour se lancer et que la peur de l’échec ainsi que du jugement de l’autre est très présente, je perçois un réel et profond sentiment de la part des népalais à se préoccuper d’autrui, à prendre soin des personnes qui les entourent et à participer au changement et au développement du pays. C’est le choix de vie qu’on fait Radha, Tenzin et Chiran.

Chiran est aveugle et il est directeur de la clinique « Seeing Hands » à Katmandou, une clinique assez particulière, où l’on se fait masser par ... des aveugles ! Il y a plus de 600 000 aveugles au Népal et très peu de structures pour leur permettre d’avoir accès à l’éducation et par la suite trouver un emploi. La solution ? Les former au métier de masseurs et leur donner accès à l’emploi tout en répondant à la forte demande en massage des touristes épuisés après un trek dans les montagnes himalayennes !

La vision de Tenzin : changer le système éducatif au Népal ! Pour cela il a lancé Edulift, un centre où les jeunes peuvent avoir accès à des cours d’entrepreneuriat, de technologie, être conseillés sur leur futur professionnel, avoir accès aux ordinateurs ainsi qu’à Internet. Ils peuvent aussi développer leur esprit à travers des activités autour de la danse, de la musique et du yoga. De plus chaque jeudi, des personnes viennent présenter leur métier aux jeunes du centre ; par exemple jeudi dernier, Pete Pattisson un célèbre journaliste est venu parler d’un documentaire qu’il a réalisé sur les conditions des travailleurs népalais au Qatar dans le domaine de la construction.

Radha n’a pas eu un début de vie facile, rescapée d’une attaque maoiste qui a ravagé la ville de Jumla (à l’ouest du Népal) le 14 novembre 2002, elle a perdu très jeune beaucoup de ses amis ainsi que des membres de sa famille et a vécu dans des conditions très difficiles. Mais ce petit bout de femme en a revendre, pleine d’énergie, de motivation et de dévouement pour les autres, elle a créé Action Works Népal qui vient en aide aux personnes marginalisées et pauvres qui habitent dans les parties reculées et difficiles d’accès du Népal. Elle y a développé plusieurs programmes favorisant l’autonomie et le développement de ces communautés, dont un qui a particulièrement attiré mon attention car basé sur les principes du social business. Ces régions font face à un taux élevé de mortalité et de maladies en raison du froid extrême qui y règne ! Les températures descendent jusqu’à -20°C et ces personnes n’ont même pas accès à de simples vêtements chauds ou couvertures pour se protéger du froid. La solution s’appelle Miteri Recycle Center ! L’organisation collecte des vêtements sur Katmandou, les lave, les recoud, les empaquète et les envoie dans ces régions reculées pour les vendre à un prix accessible à ces personnes (le profit est utilisé afin de couvrir les frais de transports : bus, avion, ânes ... et afin d’organiser des actions pour ces communautés).

Et tout comme Radha, Tenzin et Chiran, beaucoup d’autres développent chaque jour des solutions innovantes et pérennes afin de voir un jour le soleil se lever au-delà de l’Himalaya et illuminer le sourire des Népalais !


nepal asie entrepreneuriat social




comments powered by Disqus

Lee más