Lancement officiel de la série Shuga Radio : Rester en vie

Publicado 27 de junio de 2012 no picture Ibrahima Diallo

no picture Ibrahima Diallo Ver Perfil
Se registró el día 27 de junio de 2012
  • Artículos

Briefing de presse sur l’initiative « SHUGA RADIO »

Le Programme national de santé de l’adolescent (PNSA) en collaboration avec le PNMLS et avec l’appui de l’UNICEF lance l’initiative « Shuga Radio : rester en vie », ce mercredi 27 juin 2012. Celle-ci est une série théâtrale radiophonique destinée à prévenir le VIH chez les adolescents/jeunes et à encourager l’utilisation plus accrue des services de conseil et dépistage volontaire.

Cette série théâtrale, composée de 12 épisodes et de 2 magazines, s’articule autour du triptyque : amour, sexe et argent :

  1. Shuga Amour : qui traite du multi-partenariat sexuel, de l’utilisation du préservatif, du test et du dépistage volontaire du VIH en couple ;

  2. Shuga Sexe: qui se penche sur le viol et les violences sexospécifiques, l’abus d’alcool comme facteur de risque, la vie positive des personnes vivant avec le VIH ;

  3. Shuga Argent: qui aborde des sujets relatifs au commerce du sexe, à l’estime de soi, au dialogue intergénérationnel entre les parents et les enfants et la transition qu’induit le changement de mode de vie de la campagne en ville.

La série a été développée, avec l’encadrement technique de MTV et de Question Media Group, par un groupe de 30 jeunes filles et garçons venant de l'Afrique du sud, du Lesotho, du Kenya, de la Tanzanie, du Cameroun et de la RDC. La délégation congolaise était composée de 4 adolescents (2 filles et 2 garçons) accompagnés d’un membre de l’Unicef. Les magazines sont constitués d’interviews des responsables nationaux de la lutte contre le Sida, des jeunes vivant avec le VIH dans les 6 pays impliqués et des responsables en charge du VIH à l’Unicef, l’OMS et l’UNFPA.

Un important travail d’enrichissement et de correction a été fait en RDC par l’ensemble des acteurs : experts des radios, ministère de la santé et de la jeunesse, jeunes leaders des organisations de lutte contre le Sida avec l’appui des spécialistes de la communication, du VIH et de la santé de l’Unicef.

Pour mémoire, cette initiative s’inscrit dans le sillage de la première série télévisée pour la prévention du VIH en direction des jeunes lancée au Kenya en 2009. Elle tourne autour d’une histoire fondée sur le vécu d’un groupe de jeunes gens dont l’avenir est fortement hypothéqué par leur penchant à vivre dangereusement.

L’évaluation finale de cette première initiative avait relevé qu’un nombre important de jeunes à Nairobi avait suivi avec passion la diffusion des différents épisodes (plus de 64% de jeunes interrogés), et que plus de 90% avaient déclaré avoir changé positivement leur appréhension concernant le test de dépistage au VIH, la réduction de la multiplicité des partenaires sexuels, leurs attitudes envers les personnes vivant avec le VIH.

C’est ce succès qui fonde le lancement de la présente série qui a été élargie à d’autres pays et qui sera diffusée dans trois langues : français, anglais et swahili. Pour atteindre un public plus nombreux, notamment les jeunes vivant en milieu rural, il a été décidé d’en faire une série radiophonique.

L’objectif global de cette deuxième saison est d’amener les adolescents et jeunes à dépasser le stade des intentions pour un changement de comportement effectif. Ce projet multi-pays vise à soutenir les efforts de prévention du VIH parmi les jeunes et contribuer à l’amélioration des connaissances sur le VIH/sida, soutenir la perception du risque chez les jeunes et les adolescents à l’école comme en dehors du système scolaire. Cela aidera à susciter la demande du dépistage volontaire du VIH parmi ceux à plus haut risque.

Pour rappel, le VIH continue d’être une menace pour la jeunesse congolaise du fait de la persistance des comportements à risque. En effet, le pourcentage des filles de 15-19 ans qui ont une connaissance approfondie de la transmission du VIH est de 13,3% contre 17,1% chez les filles âgées de 20 à 24 ans. En outre, 25% des filles de 15 à 24 ans ont eu un rapport sexuel occasionnel dans les 12 derniers mois précédant l’enquête MICS 2010. En milieu rural seuls 19% des jeunes connaissent un service de CDV. Tandis qu’en milieu urbain ce chiffre monte à 46%. 1 fille sur 4 âgées de 15 à 19 ans est mariée avec des disparités criardes entre pauvres (41%) et riches (12%).




comments powered by Disqus

Lee más

Share