Moi apprenti « Car rapide » !

Publicado 28 de julio de 2012 no picture Seydou Badiane

no picture Seydou Badiane Ver Perfil
Se registró el día 8 de julio de 2012
  • 14 Artículos

Fuente: http://webambulant.blogspot.com/2012/07/moi-appren...

Source: http://webambulant.blogspot.com/2012/07/moi-apprenti-car-rapide.html#more

Moi apprenti « Super » (car rapide) , je me lève chaque jour à cinq heures du matin. Et je bosse jusqu’à vingt trois heures. C’est pourquoi, je reste quatre semaines sans me laver le corps. Oui! C’est la réalité, un mois sans se laver le corps. Vous vous dites que ce n’est pas possible. Mais ne vous inquiétez pas ! Cela ne me cause aucun problème, j’en ai l’habitude. C’est le cas pour la plupart de mes camarades aussi. D’ailleurs, c’est ce qui fait que ma peau résiste aux égratignures. J’ai une peau très rude, elle est couverte de poussière et de sueur. Je porte les mêmes habits pendant un mois. Mais ne vous inquiétez pas ! Cela ne me cause aucun problème, j’en ai l’habitude. A chaque fois que ma maman apprend qu’un féticheur est dans le coin, elle y va pour me trouver quelque chose soi-disant me protéger ou multiplier mes chances de succès dans ce métier qui est le transport. Cela fait que j’ai 500g de talismans et d’amulettes sur le corps. Oui ! 500g de « téré » et de « ndombo » !

Comme d’habitude, aujourd’hui mon patron m’a réveillé à cinq heures. Ah, mon patron, il faut que je vous parle un peu de lui. Au garage tout le monde l’appelle « Boy Ndiaye », malgré qu’il ne soit pas un jeune garçon. C’est un homme d’une cinquantaine d’année. De teint noir et de taille moyenne. Des cheveux blancs et en broussaille. Toujours un bonnet sur la tête. Je me demande s’il se brosse les dents ? Mais elles sont ... Moi je comprends pourquoi. Il fume quatre mégots par heure. Et en même temps il croque son cola qu’il n’oublie jamais d’acheter. S’il ne se brosse pas les dents, imaginez quels types de dents il aura. Mon patron, il a trois femmes. Vingt et un descendants. C’est acceptable. Sa première femme en a eu sept. La deuxième six et la troisième, comme toujours, elle est la plus jeune. Elle a actuellement quatre gosses. Les quatre autres qui complètent la liste, lui-même ne connait pas où se trouvent leurs mamans. Voilà ! Maintenant vous avez un aperçu sur mon patron.

Moi, apprenti super je passe la nuit à l’intérieur du véhicule. C’est mon patron qui me réveille chaque jour. Au réveil, je me rince la bouche avec de l’eau simple d’abord puis je me lave le visage. Après cela, je me sens aussitôt en forme. Je vous confie un petit secret : des fois je n’y fais rien. Pas de rinçage de la bouche ni de lavage du visage. Vous vous dites que ce n’est pas possible. Mais ne vous inquiétez pas ! Cela ne me cause aucun problème, j’en ai l’habitude. Les clients me traitent de tous les mots. Je suis insolent, je ne suis pas éduqué, je ne respecte personne, je ne connais pas une personne âgée… Quand je dis à un client que dans mon car on ne paye pas moins de 50f, le tarif commence à partir de 75f, premier réflexeo c’est va - t’en ! C’est ton affaire ! Ils ne savent pas qu’ils n’existent pas de tarifs à 50f. Mais ils prononcent ces mots sans gêne. Personne ne pourra te dire qu’elle a vu un tarif à 50f. Ce sont d’autres camarades apprentis qui acceptent ces tarifs. Mais moi je dis niet !

Le crépuscule approche, ce sont les moments choisis par les agresseurs. Ils montent dans le car en petits groupes de trois à quatre. Juste pour piquer les portables des clients. Moi je les reconnais quand ils sont dans le car. Le cas échéant, j’avise chaque client avant qu’il n’entre: Monsieur ou madame veuillez sortir votre portable et votre calepin de vos poches et tenez les avec votre main. Une fois que ces mots sortent de ma bouche, les clients comprennent aussitôt qu’il y a un voleur dans le véhicule. Et si le client descend du véhicule, il est content de l’avoir aviser. Il me : « Boy merci et continue, c’est bien. Si tous les apprentis faisaient comme toi, il n’y aura pas de vol dans les véhicules. » Aujourd’hui c’est ce que j’ai fait. A un moment donné chaque client avait son portable à la main. Je vous assure ! Cela me faisait rire. Et lorsque les agresseurs ont compris mon plan, ils sont descendus du car sans portable ni calepin. Mais des fois il arrive qu’ils me menacent en sortant un couteau. Là, je ne dis rien. Si le client fait la remarque, il descend aussitôt du car.

Déjà, je constate que j’ai beaucoup raconté, donc je m’arrête là pour aujourd’hui. Je reviendrai pour vous parler d’une autre face cachée sur les supers communément appelés : cars rapides.




comments powered by Disqus

Lee más