Mutilations Génitales Féminines/Excision - « Du sang sur les feuilles »

Publicado 26 de julio de 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Ver Perfil
Se registró el día 9 de mayo de 2011
  • 284 Artículos

Nous le notions dans un précédent article, l’Unicef lance le 31 juillet prochain une initiative visant à mettre fin à la violence à l’encontre des enfants. Le lundi 22 juillet déjà, l’agence des Nations Unies publiait un rapport qui nous rappelle notamment que plus de 125 millions de femmes et de filles en vie aujourd’hui ont subi des Mutilations Génitales Féminines/Excision et 30 millions de filles risquent encore l’excision au cours de la prochaine décennie, malgré le rejet de cette pratique dans les pays enquêtés.

Aujourd’hui nous vous proposons cette vidéo postée sur Youtube par l’Unicef. Au bout de ces 5 minutes, cette agence des Nations Unies nous sensibilise sur les dangers de cette pratique car « les marques laissées par les mutations génitales sont à la fois physiques et psychologique, et souvent permanentes. »

Dans « Du sang sur les feuilles », titre de cette vidéo, cette agence des Nations Unies nous partage des témoignages de victimes de cette pratique, d’actrices associatives et activistes engagées sur le terrain contre l’excision, et même d’une ancienne exciseuse aujourd’hui reconvertie dans l’action de sensibilisation pour mettre fin à cette dramatique pratique. Pour cette dernière en effet « que tu sois exciseuse, ou que tu ne sois pas exciseuse, tu n’es pas au-dessus de la loi. »

Toutes ces femmes vivent en Côte d’Ivoire, un pays qui a voté il y a quinze ans une loi sanctionnant certaines formes de violences à l’égard des femmes (comme l’excision) mais dont la mise à œuvre a pris du temps ; la première condamnation remonte à juillet 2012 seulement. Toutefois, dans ce pays où 38 pour cent des femmes ont été victimes de mutilations génitales, l’Unicef et ses partenaires locaux travaillent à protéger des générations futures de femmes, mères et grand-mères et participent au déclin de cette pratique sur place.




comments powered by Disqus

Lee más