Quelques enseignements du nouveau rapport de l’Unicef 2013 sur les enfants handicapés

Publicado 31 de mayo de 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Ver Perfil
Se registró el día 9 de mayo de 2011
  • 284 Artículos

Comme annoncé précédemment, l’UNICEF vient de publier son rapport La situation des enfants dans le monde 2013 – Les enfants handicapés. Nous vous proposons ici, à chaud, quelques unes des grandes lignes à retenir après avoir parcouru le Résumé de ce rapport.

Déjà, ce document se presse à préciser que les enfants handicapés ne constituent pas un problème. C’est plutôt cette sœur, ce frère ou cet ami qui a un plat, une chanson ou un jeu préféré; cette fille ou ce fils qui nourrit des rêves et veut les réaliser; cet enfant handicapé qui a les mêmes droits que tout autre enfant. Malheureusement, ces enfants sont bien souvent exclus et souffrent à des degrés divers en fonction du type de handicap, du lieu de résidence et de leur culture ou classe sociale. L’appartenance sexuelle est également un facteur majeur. Les filles handicapées ayant moins de chances de recevoir une éducation ou une formation professionnelle ou de trouver un emploi que les garçons handicapés ou les filles sans handicap.

Cette exclusion résulte en partie de leur invisibilité. En effet, si d’après des estimations, environ 93 millions d’enfants – ou 1 enfant âgé de 14 ans ou moins sur 20 – vivent avec un type de handicap modéré ou grave, celles-ci demeurent spéculatives car les données fiables manquent. Toutefois, pour l’UNICEF, les décideurs n’ont pas besoin d’attendre de disposer de données de meilleure qualité pour commencer à mettre en place des infrastructures et des services plus inclusifs.

L’inclusion va au-delà de l’intégration, précise le rapport. Dans le domaine de l’éducation, par exemple, en plus d’admettre ces enfants dans des écoles « classiques », il faudrait que les écoles soient conçues et gérées pour que tous les enfants puissent apprendre et jouer ensemble. Cela nécessite par exemple de réaliser les aménagements nécessaires, comme l’accès au braille, à la langue des signes et à un programme scolaire adapté. L’inclusion bénéficie à tous et à toutes car un environnement accessible est essentiel pour que les enfants handicapés puissent exercer leur droit de participer à la communauté et avoir la chance de se réaliser pleinement.

Pour réaliser cette inclusion, l’UNICEF a identifié trois principes fondamentaux. Primo, nous devons changer de comportement en luttant contre les représentations incorrectes ou les stéréotypes qui renforcent les préjugés sociaux ; en combattant les actes discriminatoires et stigmatisants car tant que les comportements n’évolueront pas, la vie des enfants handicapés ne changera pas.

Secundo, il faut soutenir les enfants handicapés et leurs familles. En effet, la protection sociale revêt une importance particulière en raison de frais de subsistance plus élevés et de la diminution des possibilités qu’ont ces familles de gagner de l’argent vu.

Tertio, les approches inclusives reposent sur la notion d’accessibilité et visent à une utilisation universelle des structures ordinaires plutôt qu’à la création de systèmes parallèles, il importe de développer des programmes de réadaptation à base communautaire qui visent à garantir aux personnes handicapées l’égalité d’accès aux services et possibilités liés à la santé, à l’éducation et aux moyens de subsistance.

Ainsi, la recherche de cette inclusion trouve essentiellement ses fondements dans la santé et l’éducation. Pour le premier, il faut garantir que les enfants handicapés jouissent réellement des droits en la matière (soin, vaccination, nutrition, santé sexuelle, eau et assainissement) au même titre que les autres enfants. C’est une question de justice sociale et de respect de la dignité inhérente à chaque être humain, et c’est aussi un investissement dans l’avenir – des enfants en bonne santé deviennent des producteurs et des parents plus efficaces. Ensuite, plutôt que d’isoler les enfants handicapés dans des écoles spécialisées, l’éducation inclusive consiste à offrir à tous les élèves les mêmes possibilités d’apprentissage au sein du système scolaire ordinaire, note le rapport. Idéalement, ce type d’éducation permet aux enfants handicapés et non handicapés d’assister aux mêmes cours en fonction de leur âge à l’école locale et de bénéficier d’un soutien individuel adapté selon les besoins.

Enfin, nous n’oublions pas de mentionner que La Situation des enfants dans le monde 2013 révèle un grand besoin de protection des enfants handicapés. En plus de ne pas souvent parvenir à obtenir des papiers d’identité du fait de l’exclusion sociale et économique, ces enfants risquent plus d’être victimes de la violence que leurs pairs non handicapés. Ce risque étant 4,6 fois plus important au niveau de la violence sexuelle chez les enfants présentant un handicap mental ou intellectuel.


©UNICEF/Shehzad Noorani - Syrian Arab Republic, 2006

©UNICEF/Kate Holt - Moldova, 2011





comments powered by Disqus

Lee más