A quand la fin des abris provisoires au Sénégal ?

Publié 8 juillet 2012 no picture Seydou Badiane

no picture Seydou Badiane Voir le Profil
Inscrit le 8 juillet 2012
  • 14 Articles

Lien: webambulant.blogspot.com

Source: <webambulant.blogspot.com>

Les abris provisoires n’existaient que dans les écoles primaires. Aujourd’hui, nous les retrouvons dans les collèges et dans les lycées. C'est également le cas à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar puisque nous avons des cours qui sont dispensés dans certaines écoles primaires environnantes.

Abdoulaye SALL, élève en classe de CP

"Aujourd’hui, nous n’allons pas faire cours parce que notre hutte est tombée hier. Nous sommes fatigués. Le vent et la poussière nous empêchent de bien suivre la leçon du maître. Et ce n’est pas prudent d’être sous une hutte, car elle peut tomber sur nous. Nous voulons étudier dans des salles de classes".

Voici le cri de cœur de Mor Kébé, élève en classe de CP à l’école Ngomène 2:

Ngomène 2 est un village qui est situé à quelques kilomètres de Pout. Dans ce village, il y a une école primaire ouverte depuis sept ans. Elle compte 6 classes physiques mais 2 salles de classes seulement. Les autres sont des abris.

"Un impact sur les explications du maître et éventuellement sur les résultats des élèves"

M. Ndiaye, enseignant à l'école Ngomène 2:

"Cela fait quatre années que j’enseigne et cela fait quatre années que je dispense mes cours dans des abris provisoires. Je n’ai jamais été dans une salle de classe. Je sais qu’il y a une très grande différence entre les enseignements que l’on dispense dans une salle de classe et ceux que l’on dispense sous un abri provisoire. Du coté des enfants comme du côté de l’enseignant qui dispense les cours. Car il y aura un impact sur les explications du maître et éventuellement sur les résultats des élèves. Comme tu le vois, en étant ici à l’intérieur, tu aperçois tout ce qui se passe aux alentours. Donc les enfants ne suivent pas tout le temps. A chaque fois qu’il y a un bruit à côté ils essaient de jeter un coup d’œil. Le matin c’est la fraîcheur qui nous fatigue et l'après-midi c’est le soleil et surtout si c’est en période de chaleur. Comme ces genres de situations sont fréquentes dans le pays, dans certains villages ce sont les habitants qui construisent des abris et même des toilettes pour leurs enfants. Mais ici, comme tu le vois, les parents n’ont même pas le temps de s’enquérir des conditions dans lesquelles les enfants travaillent. Bien vrai que c’est la responsabilité de l’Etat de construire des salles de classe".

Le ministre de l’éducation actuel, Ibrahima Sall, devrait faire de la construction de salles de classe l'une de ses priorités. Même si Kalidou Diallo, ex ministre de l’éducation, avait estimé lors du denier vote du budget de ce ministère que l’existence d’abris provisoires dans certaines localités est un mal nécessaire.

Car les bonnes conditions de travail impacteront sur les résultats des élèves. Il ne faut pas seulement chercher à élever le taux de scolarisation du pays mais aussi et avant tout il faut s'assurer de la qualité de l'enseignement.

Ceci est un billet que j'ai publié sur mon blog : webambulant.blogspot.com avec des images. http://www.facebook.com/WebAmbulant




comments powered by Disqus

En Savoir Plus