Dénoncer le gaspillage de vêtements neufs

Avatar étudiante
Marianne Bellavance
Inscrit le 20 août 2017
  • 3 Articles
  • Age 16

crédits: Flickr/random floatsam

crédits: Flickr/random floatsam

Vous êtes en train de magasiner dans votre boutique préférée. Vous ne voulez pas dépenser tout votre argent dans des vêtements, alors vous vous dirigez vers la section “solde”. Plusieurs étagères de vêtements affichent des prix réduits et vous en essayez quelques-un. Au final, vous achetez 2 articles. Vous repartez satisfait(e)s de vos achats. Mais des tonnes de vêtements sont restés sur ces étagères et plusieurs ne se vendront jamais. Alors que font les magasins de tous ces vêtements? Ils les envoient dans des centres d’aide pour les démunis? Certaines boutiques font cela, d’autres, malheureusement, déchirent, trouent et brûlent leur propres vêtements. En fait, “malheureusement” est un faible mot.


Selon l’émission J.E., la moitié des vêtements produits ne se vendent pas. Imaginez-vous la quantité que cela représente? Et une quantité importante se retrouve à la poubelle, immettable pour ceux qui en auraient vraiment besoin. Je crois que “immoral” est le mot juste pour qualifier ces pratiques. Des pratiques que d’ailleurs plusieurs compagnies populaires comme H&M, Garage/Dynamite et Abercrombie & Fitch justifient par une raison toute simple: ils ne veulent pas que des gens plus défavorisés soient vus en train d’arborer des vêtements de leur marque. Je trouve cela tout à fait irresponsable, considérant à quel point les gens démunis en auraient besoin et seraient plus qu’heureux de pouvoir porter des vêtements neufs. De plus, éviter la réutilisation de ces derniers contribue grandement à la pollution, un problème qui pourrait bientôt rivaliser avec les océans pollués de plastique.


En plus, les boutiques de vêtements ont d’autres options qui s’offrent à elles quant au destin que leurs produits subiront. Bien sûr, les donner à des centres de charité pour les défavorisés reste une option plus qu’adéquate. Aussi, au lieu de payer des employés pour que ceux-ci abîment les vêtements, ils pourraient simplement demander aux employés de retirer les étiquettes afin qu’on ne sache pas d'où vient l’habit. Une autre solution serait de vendre le reste de leur stock à des compagnies qui s’occupent de trier et recycler le textile. Ensuite, elles redistribuent à d’autres compagnies qui se chargent de vendre les vêtements usagés dans des pays en Afrique ou Amérique du Sud.


Les marques ne veulent pas voir leurs vêtements sur des gens qui ne sont pas leur public cible, car selon eux cela enverrait ainsi une mauvaise image. Cependant, je soutiens que si les compagnies faisaient des campagnes de publicité en affichant qu’ils sont contre cette pratique malsaine, les clients seraient au contraire beaucoup plus enclin à acheter d’une boutique qu’ils peuvent qualifier de juste et responsable.


Mais pour cela, le public doit connaître la manière dont certaines compagnies s’y prennent pour se débarrasser de leurs vêtements. Cette outrance doit être dénoncée. Pour faire une différence, je vous encourage à partager cet article, à en parler avec vos proches et même à contacter vos compagnies préférées afin qu’elles cessent cette pratique et qu’elles optent pour de meilleures solutions.


Sources:

http://www.modetic.com/blog/le-grand-gaspillage-vestimentaire/

http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/29/impact-textile-environnem_n_8663002.html

http://www.huffingtonpost.co.uk/2013/05/15/abercrombie-and-fitch_homeless-video-_n_3279454.html

http://www.nytimes.com/2010/01/06/nyregion/06about.html?_r=0

http://www.tvanouvelles.ca/2016/03/27/dynamite-et-garage-des-milliers-de-vetements-neufs-aux-poubelles

http://www.slate.com/blogs/xx_factor/2010/01/07/why_hm_destroys_unsold_clothes.html






comments powered by Disqus