Droits de l’homme au Sud Soudan : c’est aussi la malnutrition des enfants

Publié 30 avril 2014 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Voir le Profil
Inscrit le 9 mai 2011
  • 287 Articles

Depuis plusieurs semaines, différents médias internationaux communiquent régulièrement sur le conflit actuellement en cours dans le plus jeune Etat indépendant d’Afrique, le Sud Soudan. Mais cette semaine, l’accent a été mis sur la visite effectuée le lundi 28 avril dans le pays par Madame Navy Pillay, Commissaire des Nations Unies en charge des questions de Droits de l’Homme, en compagnie du Conseiller spécial des Nations Unies sur la prévention du génocide, Monsieur Adama Dieng. Ces deux autorités onusiennes s’y sont rendues pour faire le point sur la situation des droits de l'homme après les massacres à Bentiu et Bor. Pour rappel, les 14 et 16 avril, ce sont 200 hommes, femmes et enfants qui ont été tués dans cette localité.

Les membres du Conseil de sécurité avaient à cet effet, dans une déclaration de presse, « déploré avec force que des civils aient été systématiquement pris pour cible en raison de leur appartenance ethnique, que des civils aient été poursuivis et exécutés dans des lieux sûrs tels qu’une mosquée, une église et un hôpital, et que des émissions de radio aient été utilisées pour susciter la haine et inciter à la violence sexuelle. »

Mais en plus des violences et des déplacements forcés, les enfants au Soudan du sud doivent faire face à la faim et à des niveaux inquiétants de malnutrition.

Selon l’Unicef, depuis l’accession du pays à l’indépendance en 2011, les enfants au Sud Soudan restent confrontés à des niveaux d’urgence de malnutrition. Et le conflit n’arrange pas les choses, vu que plus de 250 000 enfants sont susceptibles de connaître des niveaux dangereux de malnutrition.

Sur son site, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) publie un article sur 9 faits à savoir sur la faim au Sud Soudan. Nous apprenons notamment qu’environ 803 000 personnes sont déplacées au Soudan du Sud après avoir perdu leurs maisons, et ont désespérément besoin d’aide alimentaire. Sur place, le PAM a atteint déjà atteint plus de 502 000 personnes affectées par le conflit. Au total et projette de venir en aide 2,5 millions de personnes dans le pays. De plus, le PAM révèle que 32,5%d’enfants de moins de 5 ans sont en sous-poids dans le pays.

Avec ce contexte de conflit si rien n’est fait pour leur assurer un accès à un traitement nutritionnel adapté, l’Unicef prévient que plus de 50 000 enfants de moins de 5 ans pourraient mourir.

Dans le pays et la région, en dépit des conditions de travail difficiles, divers acteurs (système des Nations Unies et autres organisations humanitaires) œuvrent au quotidien pour inverser face à ces niveaux urgents de malnutrition et à la faim. Ainsi, si l’Unicef a déployé des équipes d’urgence dans les zones les plus affectées par la malnutrition avec l’objectif de traiter au moins 150 000 enfants de moins de 5 ans sévèrement malnutris. Cela se traduira notamment par un soutien aux femmes allaitantes et aux femmes enceintes, et à la distribution d’aliments thérapeutiques prêts-à-l’emploi, de suppléments alimentaires, de médicaments, de paquets de purification d’eau.

Notre soutien et surtout des dons à l’Unicef, au PAM et autres acteurs pourraient vraiment aider à changer la donne très rapidement.

© UNICEF/NYHQ2014-0338/Holt - SOUTH SUDAN, 2014


Enfants Faim Malnutrition Sud Soudan




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share