"En file indienne devant le robinet"

Avatar étudiante
Cécilia P
Inscrit le 23 février 2017
  • 10 Articles
  • Age 22

La question de l’accès à l’eau est l’un des exemples les plus flagrants des inégalités qui subsistent dans le monde. Entre les pays où la question est aussi simple que d’ouvrir le robinet de sa cuisine, et les régions où il est impossible d’en trouver dans son quartier, voici un petit tour du monde de l’accès à l’eau grâce aux contributions des stagiaires blogueurs de cette année.


Marc - Gabon

Le Gabon est situé en plein cœur de la forêt équatoriale, il en est recouvert à près de 85%. Il bénéficie aussi d’une pluviométrie allant de 1500 à 3000 mm par an dans certaines régions. Pourtant l’un des pays les mieux pourvu en eau au monde, les problèmes d’approvisionnement en eau potable dans les zones urbaines et rurales du Gabon restent un défi. La croissance urbaine a été plus rapide que l’installation d’infrastructures adéquates. Prochainement, plusieurs barrages hydroélectriques seront construits afin de satisfaire aux besoins en eau de l’ensemble de la population.


Aissa - Mali

L’accès à l’eau potable au Mali est un réel défi pour la population. Que dire d’un pays qui est arrosé par deux fleuves et qui regorge de beaucoup de ressources naturelles? Est-ce un manque de volonté ? Dans beaucoup de localités et notamment à Kalaban, la population est servie par les vendeurs de bidons d’eau à 50 francs CFA ou par les rares forages présents dans ces zones reculées. Souvent, c’est depuis le chant du coq que la file indienne commence devant les quelques renommés robinets (pompes à eau) du quartier. On se bouscule de gauche à droite et voilà une nouvelle journée qui commence.


Yao Prince - Côte d’Ivoire

Plus de 8 millions de personnes - 43 % de la population de Côte d’Ivoire - manquent d'installations sanitaires de base et plus de 4 millions de personnes boivent encore de l'eau provenant de sources non améliorées. On relève de nombreuses difficultés qui se traduisent par des déficits important d'approvisionnement en eau potable causant des désagréments aux populations. Les problèmes en milieux rural sont liés notamment à la vétusté et à la dégradation des installations, tandis qu’en milieu urbain, ils sont liés à l’insuffisance des infrastructures de traitement.


Tinah - Madagascar

A Madagascar, 43% de la population n’a pas encore accès à l’eau potable et le problème est plus marqué en milieu rural. Les causes en sont multiples. Parmi elles, l’enclavement de certaines régions, la mauvaise répartition de l’eau, ou encore l’insuffisance des infrastructures. A mon avis, pour y remédier il faut une bonne gestion de l’eau avec une politique d’assainissement durable pour fil conducteur. Cette politique est censée prendre en compte les défis posés par le changement climatique et savoir tirer profit des innovations en la matière.


Moukhtar - Tchad


Le Tchad est une terre bénie de Dieu, il a un sous-sol riche en eau dans la plupart de ses régions. Il fut un temps où l'accès à l'eau potable était un grand défi pour la population. La population s'approvisionnait en eau des marigots, insalubres, et parcourait des kilomètres pour accéder à l'eau.

Aujourd'hui, grâce aux aides de bienfaisances, on a accès à l'eau potable même dans des petits villages, à l'aide de la pompe à eau manuelle. Cependant, il reste un grand défi à relever, dans la ville d'Abéché, deuxième ville du Tchad, qui est alimentée par un forage qui se trouve à 36 km de la ville, et où l'eau coûte en moyenne 40 F CFA pour 20 litres.


Georgina - France

D’un point de vue personnel, un des grands problèmes dans mon pays, la France, c’est le manque de pénurie. Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est un accès quotidien et à volonté à une eau salubre et buvable qui nous empêche d’agir de manière adéquate et de réellement prendre conscience de la gravité de la situation dans de nombreux pays. Nous en sommes protégés, et si éloignés, qu’il est difficile de se forcer à y faire face.

Certes, notre eau n’est pas aussi pure qu’elle pourrait l’être, mais ce que nous subissons, ce n’est rien comparé à notre part dans la création du problème - pollution par de l’industrie etc.

Peut-être qu’une sensibilisation davantage basée sur l’expérience - comme « une journée sans robinet » pourrait aider à la mobilisation.


Désiré - Burundi

Le Burundi est l’un des pays des grands lacs mais l’accès à l’eau potable n'est pas chose facile. Il y a des zones où il est toujours question de trouver l’eau potable. Les chances de ne pas y tomber malade sont quasiment nulles, car dans ces zones, on y consomme les eaux de pluie ou des lacs. Cela touche particulièrement les enfants de moins de cinq ans.

Le gouvernement, en partenariat avec une entreprise étrangère, « SOGEA SATOM» a essayé de réduire le déficit en eau potable. Les agents du ministère de la santé continuent de sensibiliser la population à bouillir et filtrer l’eau avant sa consommation.

Dans les régions proches des lacs, le gouvernement devrait mettre en place des systèmes de transformations des eaux des lacs pour les rendre saines afin d’être consommées.


Emmanuella - Bénin

Au Bénin, l’accès à l’eau reste un problème majeur. Face à cette situation, des organismes tels que le PNUD ont mis en place des pompes à motricité humaines dans les milieux ruraux. Par ailleurs, pour les populations, il existe d'autres solutions telles l'utilisation de produits de purification d'eau promus par l'Association Béninoise de Marketing Social (ABMS).


Alpha - Guinée

Ils sont devant le robinet. Ils se sont réunis une fois de plus devant la cour de leur voisin – leur bienfaiteur – qui a ouvert le robinet de son forage. Certains sont assis sur leurs bidons vides et d’autres sont debout, il y a parmi eux des enfants et des femmes et tous espèrent obtenir un peu de ce précieux liquide : l’eau ! Et chacun d’entre eux attend avec impatience l’arrivée de son tour pour pouvoir puiser. Que dire de plus ?

Les installations actuelles d’eau, anciennes et vieillissantes, ne suffisent plus aux besoins des guinéens. Le pays, “Château d’eau de l’Afrique occidentale”, est en pleine explosion démographique, les grandes villes, dont la capitale, Conakry, se remplissent du fait de l’exode rural. Il existe des inégalités dans la gestion de l’eau potable entre les différents quartiers.

Quant au gouvernement, nul ne peut affirmer qu’il manque de budget ou de volonté, mais une seule chose est sûre : la desserte en eau est l’un des secteurs où les progrès réalisés se comptent par gouttes !


Cécilia - France

Quand on pense aux difficultés d’accès à l’eau, ce n’est pas la France qui nous vient à l’esprit en premier. 99% de la population a accès à de l’eau potable, une situation on ne peut plus enviable!

Mais que faire du pourcentage restant? C’est un problème touche essentiellement les sans-abri, qui, dans certaines grandes villes, comme à Marseille, doivent se partager six sanitaires publics, pour 12 000 d’entre eux, ce qui montre une des rares défaillances restantes en matière d’accès à l’eau dans le pays.


Amina - Algérie

L'Algérie est un pays qui souffre de stress hydrique, c'est à dire que la demande en eau de la population dépasse les ressources disponibles du pays. Les deux principaux facteurs sont les retards accumulés dans les années 1980 et 1990 dans l’ajustement de l’offre à la demande en eau ainsi que l’irrégularité de la pluviométrie, doublée de pics de sécheresses dus au changement climatique.

Depuis le début des années 2000, une nouvelle politique de gestion l’eau a été adoptée, avec le développement des infrastructures hydrauliques, et par la promotion d’une meilleure gestion de l’eau.

Cependant, malgré ces réformes des problèmes subsistent, notamment les coupures d’eau potable.




Cet échantillon de pays, quoique restreint, a le mérite de nous donner un petit aperçu des inégalités en matière d’accès à l’eau qui subsistent à travers le monde. Aujourd’hui encore, plus de 663 millions de personnes vivent encore sans avoir accès à un point d’eau potable près de chez elles et il faudra continuer à mettre en oeuvre des mesures afin de réduire ce nombre à zéro.







comments powered by Disqus