Et si on apprenait à faire quelque chose?

Publié 23 juillet 2014 no picture Madina Sore

no picture Madina Sore Voir le Profil
Inscrit le 18 juin 2014
  • 18 Articles

Image: http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/auteur-e-s/colettebernier

Image: http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/auteur-e-s/colettebernier

D’aucuns disent que l’une des différence entre la France, les Etats Unis et les pays Africains, c’est qu’en France pour un emploi on te demande quel diplôme tu as, aux Etats Unis, qu’est-ce que tu sais faire, et enfin Afrique la grande question est « qui est ce que tu connais? ». Triste réalité. J’en ai malheureusement fait l’expérience lors de mes multiples demandes de stage demeurées sans réponses, et je sais que des milliers, voire des millions de jeunes vivent quotidiennement la même chose. Alors le problème que je résoudrais si j’étais millionnaire serait certainement celui-là : L’inadéquation entre ce qu’on nous apprend dans le silence feutré de nos salles de classe et ce qui fait réellement dans la pratique. Il y’a quelques jours j’aurais surement abordé un autre thème, mais ce choix s’est vite imposé à moi suite à un débat avec d’autres étudiants qui ont eu l’occasion de se frotter au monde professionnel.

Je me rappelle aussi d’une discussion que j’ai eue avec un avocat en droit des affaires lorsque j’étais en année de maîtrise. Il est resté impassible et attentif pendant que j’essayais de le mystifier avec mes grandes connaissances juridiques, pour me sortir à la fin que tout ce que je déblatérais ne me servirait pas, ou peu dans la vie professionnelle.

Et si on faisait comme aux Etats Unis ? Apprenons à faire quelque chose. Si j’étais (ou quand je serai ?) millionnaire, je créerais des écoles de formation qui s’efforceraient de proposer des programmes en adéquation avec les attentes des entreprises. Je sais bien que c’est un problème qui doit être réglé par les autorités nationales compétentes, qui doivent mettre en œuvre des mécanismes pour s’assurer que les universités et écoles de formation proposent des programmes adaptés.

Mon école proposerait donc des formations qualifiantes, avec des programmes impliquant les entreprises à tous les niveaux pour s’assurer de former une main-d’œuvre compétente apte à répondre aux besoins du marché du travail. A mon avis, aucun problème n’est insurmontable si chacun y met du sien. Ce genre de lieux de formation existe surement, mais leur vulgarisation favoriserait une bonne insertion socioprofessionnelle des jeunes, et permettrait de lutter un tant soit peu contre le chômage.



Education Formation Emploi chômage




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share