L'esclavage dû aux mouvements migratoires

no picture étudiant
Armelfrank
Inscrit le 13 novembre 2017
  • 1 Article

L’immigration est un phénomène qui n’est pas nouveau, car il a toujours existé entre l’Afrique et l’Occident, et entre l’Afrique et le Maghreb. Les peuples africains les plus concernés sont surtout les Maliens, les Tchadiens et les Nigériens qui s’y rendaient souvent pour des travaux saisonniers ou pour y rester. Ces mouvements migratoires se déroulent assez bien pour ceux qui passent par les bureaux d’immigration pour obtenir un visa, qui est très souvent difficile à obtenir.

Au vu de la difficulté à obtenir un visa, certains optent pour les migrations clandestines, qui aujourd’hui sont sources de la disparition de plusieurs Africains dans la Méditerranée. Les courants migratoires entre les pays sahéliens et ceux maghrébins occasionnent des ventes aux enchères d’Hommes, dont on entend parler ces temps-ci grâce à une vidéo de la CNN. Il est inconcevable d’accepter que l’on vende des hommes comme du bétail. Sur les réseaux sociaux on peut lire des commentaires dénonçant le fait que les dirigeants des pays concernés semblaient ne rien faire de concret pour sortir leur peuple du commerce d’esclave en Lybie.

Cependant, TV5monde a annoncé le retour de 155 migrants clandestins sortis des griffes de la Lybie, ce qui est un premier pas concret pour la Côte d’Ivoire. Selon moi pour remédier à ce problème dans les pays arabes, il faudrait d’abord que l’on diminue les mouvements migratoires, pour que ceux-ci ne soient pas une obligation ou une échappatoire, mais plutôt un choix. Pour ce faire, il faudrait essayer d’enrayer la famine, la pauvreté et les conflits dans les zones où les jeunes ont tendance à quitter leur pays, car ces facteurs-là nourrissent les migrations. Comme moyens, il faudrait investir dans le développement de ces zones, ce qui créerait des emplois décents pour les jeunes tout en leur garantissant une protection sociale. Bien des solutions existent pour diminuer la pauvreté et les conflits, c’est aux dirigeants Africains de travailler pour cela en investissant dans l’agriculture durable, dans la préservation de l’environnement, car les aléas climatiques et les catastrophes sont aussi les raisons de la pauvreté dans certains pays, ce qui pousse les jeunes à migrer.

Ensuite, il faudrait déconstruire l’image que les jeunes africains ont de l’Occident, car cela les amène aussi à vouloir migrer. Prenons le cas en Lybie, il y a beaucoup de ressortissants de plusieurs pays tels que le Ghana, le Nigéria, la Côte d’Ivoire, etc. Souvent, ce n’est pas la faim et la misère qui conduisent ces personnes à quitter leur zone d’origine, mais plutôt l’attirance d’un monde meilleur, d’une belle vie et facile. Pourtant, cet eldorado qu’ils s’imaginent n’existent plus et n’a certainement pas existé. Pour déconstruire cette image, il faudrait faire des conférences présentées par des personnes qui reviennent, qui témoignent ce qu’ils ont vécus pour informer, sensibiliser les jeunes, car il est primordial de faire savoir aux jeunes africains que leur avenir est en Afrique, malgré la mauvaise gouvernance.

Pour conclure, en trouvant des solutions contre la pauvreté et en faisant savoir aux jeunes que l’image du monde meilleur qu’ils ont de l’Occident et autres pays qui sont des destinations visées, on pourrait observer une diminution des migrations clandestines, et s’il n’y a pas de migrations clandestines, les ventes d’humains en liens avec les migrations qui se font sur les territoires arabes, pourraient diminuer.






comments powered by Disqus