la violence dans les écoles aux États-Unis

Publié 22 mai 2013 Avatar Voices of Youth

Avatar Voices of Youth Voir le Profil
Inscrit le 5 juin 2013
  • Articles

le lycée Harry S. Truman, salle de classe VOY Connect dans le Bronx, New York, USA.

le lycée Harry S. Truman, salle de classe VOY Connect dans le Bronx, New York, USA.

À la différence de divers pays d’Afrique, les États-Unis n’ont pas vraiment subi de guerre au cours du siècle dernier. Compte tenu de nos compétences technologiques et de nos services sociaux, il n’y a pas de raison de considérer que ce pays n’est pas sûr. Dans de nombreux pays d’Afrique, alors que l’une des craintes les plus répandues parmi beaucoup d’autres est la possibilité d’un viol pouvant se produire à n’importe quelle seconde dans la vie d’une femme, les écoles sont souvent considérées comme un refuge sûr. Bien que les États-Unis soient supposés être « sûrs », beaucoup de jeunes y ont la peur tenace de pouvoir perdre leur vie, à la fois dans leur quartier et dans les écoles.

Bien que l’éducation soit un luxe dans de nombreux pays, aux États-Unis, l’éducation est obligatoire et gratuite. Cependant, alors que les établissements scolaires sont considérés comme un lieu sûr dans les autres pays et sont axés sur les études, beaucoup de nos écoles sont infestées par les drogues, les gangs et un niveau excessif de violence.

Les pays d’Afrique ont été confrontés aux fléaux des dictatures et des génocides et ont appris à se tendre la main pour les surmonter. Les bagarres dans les écoles entre élèves y sont une rareté. Bien que nous ayons des dispositifs pour réduire la violence dans les écoles, comme les mesures de sécurité, la police et la médiation, la violence dans les écoles continue d’exister.

Les gens ne déclenchent pas une altercation sans prétexte connu ; ce peut-être une dispute ou encore être la simple idée d’un élève dans un mauvais jour pourtant inexcusable. Il s’agit peut-être d’un cliché mais les gens s’exposent volontairement au danger de façon à rivaliser pour obtenir attention et respect. La peur et l’idéologie du respect ont embrouillé les jeunes qui ne trouvent pas nécessaire d’acquérir le respect de la part des autres comme cela devrait se faire. La provocation occasionnelle peut être utilisée ; les élèves trouvent des prétextes insignifiants pour déclencher des bagarres, la discrimination et les moqueries figurant parmi les deux raisons les plus courantes.

La violence chez les gangs a connu une résurgence au cours des dernières années, ceux-ci luttant pour un territoire qu’ils ne possèdent pas. De nombreux élèves se joignent à des gangs comme façon de se sentir protégés dans leur communauté et leur école. De plus, de nombreuses bagarres dans les écoles sont le fait de filles se battant avec des filles, souvent pour des garçons.

Les bagarres dans les écoles peuvent finir par échapper à tout contrôle, se poursuivre à l’extérieur de l’école et devenir beaucoup plus dangereuses parce qu’il n’y a personne pour les arrêter. À l’école, il y a des responsables qui peuvent interrompre rapidement une altercation mais à l’extérieur, la réaction est bien plus lente parce que les policiers ne sont pas aussi présents et doivent être appelés ou demandés.

Toutes ces bagarres qui se produisent à l’école se poursuivent aujourd’hui sur le site Internet Facebook. Ces conflits, qui pourraient être réglés par une simple médiation, deviennent, au lieu de cela, exagérés. Les gens choisissent de prendre eux-mêmes les choses en main et ne réfléchissent pas aux conséquences. Nous assumons, en Afrique, que se battre ou se disputer est la dernière option ou la dernière idée qui viendrait à l’esprit d’un élève. Mais aux États-Unis, les gamins se promènent dans les couloirs de certaines écoles avec la peur qu’on leur fasse du mal, d’une façon ou d’une autre. À la différence d’autres pays, le respect pour individu l’emporte sur le respect pour l’éducation.





comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share