Le "Ghosting": la dissolution des liens affectifs humains

no picture Charlie Mundo
Inscrit le 16 novembre 2017
  • 2 Articles

Photo: Kaboompics // Karolina

Photo: Kaboompics // Karolina

Qu’est-ce qu’il se passe ?

Tu rencontres quelqu’un. Vous discutez, vous vous découvrez, vous commencez une relation. Cette relation peut même se transformer, étape par étape, à une relation « officielle », où les deux protagonistes vont se lier (être exclusif, être là pour l’autre autant que pour soi, se voir de plus en plus et intégrer l’autre dans son quotidien…). Et là, d’un coup, l’autre disparaît. Plus de nouvelles, pas de réponses aux messages, appels... Sans explications, sans causes particulières, il n’est plus là. C’est incompréhensible. Il fait le fantôme.

Cette disparition est-elle vraiment choisie ?

Oui, le partenaire DECIDE de ne plus donner de nouvelles.

Non, son acte est celui d’une personne aliénée.

Je m’explique.

L’emprise qui le contrôle, ce sont les dynamiques sociales qui sont en train de caractériser notre époque.

Qu’est-ce qui caractérise notre époque ?

- Une consommation démesurée de TOUT

- Un manque d’investissement dans nos actes et pensées

- Une individualisation croissante qui débouche sur un égoïsme croissant

- Un manque de confiance, des angoisses, peurs, solitude… orchestrés ? En tout cas utilisés par les industries qui en profitent, exploitant ses peurs et nous faisant consommer encore plus.

Tinder, le mal et paradigme du siècle.

Cette application créée en 2012 propose à celui qui l’utilise des profils d’utilisateurs que l’on choisit selon des critères sexuels, de position géographique… On observe le profil proposé en détails, ou pas. Quelques photos, quelques fois une phrase d’accroche, une description de la personne, ce qu’il fait, où il bosse et hop ! Si je suis emballé je balaye l’écran sinon je jette la personne vers ma gauche. Si par chance l’autre m’a liké également c’est un MATCH. Nous sommes mis en contact et je vais pouvoir contacter l’autre par message… ou pas. En fait c’est fatiguant au bout d’un moment, de rencontrer autant de nouvelles personnes, de devoir toujours trouver une accroche, de se retrouver à parler à plusieurs personnes en même temps, ou de devoir attendre qu’on réponde enfin aux messages. C’est là que la transformation commence. Je deviens blasé.

Un super outil pour « se sociabiliser », rencontrer des gens qu’on n’aurait pas rencontré, pour faire un brassage social* ?

*Mais y a-t-il un réel brassage ? Par nos choix des profils, en regardant les photos n’arrive-t-on pas inconsciemment ou consciemment à retrouver notre catégorie sociale, celle qui nous suit, nous suivra toute notre vie et de laquelle on ne peut que rarement échapper ? Autre débat…

Pour revenir au "BLASEMENT", c’est là que tout commence. Nouvelle dynamique des sentiments où on devient plus détaché des choses, sans l’envie de s’engager. On ne prend plus le temps de réfléchir. Tout ressemble à ces mouvements de doigt sur l’écran, répétitif au bout d’un moment, machinal, de moins en moins de réflexion…

Je ne vais pas mettre trop d’énergie là-dessus. Je n’en ai pas assez à partager. Je ne vais pas m’investir… Et puis si ça ne marche pas, je passe à l’autre personne. Y’en a tellement. Il y a tellement de tout d’ailleurs. Si quelque chose se casse, il suffit d’en racheter. Tout simplement. Pas besoin de se prendre la tête.

On devient une génération qui ne veut pas se prendre la tête, mais en fait concrètement on réfléchit juste moins. On met de côté ce qui nous préoccupe l’esprit, et on continue notre vie. Mais est-ce une vie ?

Est-ce une des raisons pour laquelle les gens deviennent plus manipulables ? Devient-on des fainéants de la pensée ? Devient-on juste plus bête ?

Le ghosting c’est ça. C’est ne plus avoir envie de voir l’autre, pour X raisons (ne plus avoir le temps, rencontrer quelqu’un d’autre, avoir d’autres choses à faire, se rendre compte qu’il y a quelque chose qui nous gêne chez l’autre et ne pas avoir envie de faire un effort pour continuer ce qui est en train de se créer, ne pas savoir quoi dire, avoir peur, ne pas vouloir blesser, surtout ne pas se blesser, ne pas se prendre la tête…) et de manière égoïste laisser l’autre planté là, sans explication, seul.

Le ghosting peut avoir lieu dans le domaine affectif avec même la famille quelques fois, et aujourd’hui ça arrive même au boulot, avec des contacts professionnels qui du jour au lendemain ne donnent plus de nouvelles. C’est l’époque de « je passe à autre chose d’un coup de baguette comme si tout allait se régler en effaçant toutes les données existantes ». Mais la vie ça ne marche pas comme sur un ordinateur. Il ne suffit pas de mettre à la corbeille quelqu’un pour ne plus avoir à dealer avec lui.

Attention ce qui est en train de se passer n’est pas quelque chose d’immuable. Il faut juste en prendre conscience et certains le font déjà. La solution est-ce boycotter tinder ou les applis de ce style ? Être plus conscient ? Arrêtez d’être des loques blasés sans volonté ? Avoir plus confiance en soi ? Plus communiquer avec l’autre ? S’engager plus dans tout ? Sortir de sa torpeur ? Comment ? Je ne sais pas exactement. Les solutions sont multiples. Il suffit d’aller chercher la volonté que l’on a tous en chacun de nous. On oublie un peu trop qu’on a tout pour être des êtres incroyables.





comments powered by Disqus