Le malade est celui qui se déclare comme tel

Avatar Étudiant en médecine et blogueur
Alpha Oumar Baldé
Inscrit le 22 février 2017
  • 13 Articles
  • Age 25

Sound pad setup, Madika CC flikr.com

Sound pad setup, Madika CC flikr.com


La question “Pourquoi le patient consulte-t-il ?” est toujours abordée lors d’une consultation médicale. Il peut s’agir d’un signe alarmant, imposant une intervention médicale urgente, ou d’un signe banal qui est la traduction d’un état de mal passager. C’est pourquoi le médecin ne doit jamais ignorer les “appels à l’aide” que lui adresse son patient. Mais pour cela il doit respecter le principe de présomption de maladie du patient… jusqu’à ce qu’il confirme le statut de celui-ci.

“Le malade est celui qui se déclare comme tel”

Il y a un chose que j’ai apprise auprès d’un aîné dans le CHU Ignace Deen de Conakry. Il m’a dit ceci lors d’une de nos gardes de nuit : “petit, viens je vais te donner quelque chose”. Il était minuit passé, et je commençais à ressentir une lourdeur au niveau de mes paupières. “Mais que peux-t-il bien vouloir encore ? Ne l’ai-je pas suffisamment aidé ce soir ? Et que peut-il encore bien vouloir me donner à cette heure pareille, pendant que les patients sont presque tous endormi ?! “. Finalement, je me suis approché pour lui obéir, une fois de plus ! Il me fit signe de m'asseoir sur une chaise à côté de lui.

Aussitôt que je me suis rapproché de lui, il commença à me parler. Ah ! Dieu soit loué, ce n’est pas pour me commissionner qu’il m’avait appelé. Je pouvais alors l’écouter, l’esprit tranquille !

“Je sais que tu as beaucoup travaillé ce soir et que tu es très fatigué. Mais viens, approche que l’on cause un peu toi et moi…Je vais être bref et tu pourra dormir après.

Dans ce métier (la médecine), chacun a ses petits secrets. Des secrets que l’on obtient à force de se frotter aux dures réalités de ce travail. Je vais te confier un secret. Tout petit d’ailleurs, et qui pourrait te sembler complètement insignifiant mais qui revêt une importance immense une fois que tu l’aura compris : “Le malade est celui qui se déclare comme tel”. En effet, c’est au médecin que revient la tâche de confirmer ou non le statut de “malade” qui est demandé par le patient lors d’une consultation médicale. Pour ce faire, il doit le pousser à fournir le maximum d’informations sur lui. Sur sa santé bien sûr, mais aussi sur sa vie ! Il faut lui parler poliment, lui faire comprendre toute l’importance des détails que tu veux savoir sur lui pour pouvoir le guérir de sa maladie. Et, crois-moi, tu seras surpris de constater que le fait de mettre le patient en confiance l'encouragera à se confier à toi. Il te livrera alors tous ses maux, dans les moindres détails et parfois même en rapport avec son intimité ! Il te dira non seulement ses douleurs physiques, mais aussi mentales. Et c’est là que tu interviens, en tant que médecin :

Tu dois pouvoir regrouper, recouper les indices en faveur de telle ou telle maladie. Et évoquer un diagnostic dit de “présomption”. Comme pour dire : ce signe et/ou celui-là me fait penser à telle maladie !

Tu dois aussi dire si sa maladie est “organique” ou “fonctionnelle”. Une maladie organique, ça tu connais déjà : il y altération des tissus, visible ou non à l’oeil nu. Mais pour ce qui est de la maladie “fonctionnelle”, il n’y a certainement pas de lésion, il existe cependant des facteurs déclenchants d’ordre psychologique ou socio familial que tu pourras reconnaître lors de vos “confidences”. Cependant, discuter ou affirmer l’absence d’organicité ne doit pas exclure le patient de la maladie. Alors, sois prudent et ne te presse surtout pas de dire «vous n’avez rien, tout va bien» . C’est tout ce que j’ai à te dire pour ce soir (...) “


Je lui ai obéi de nouveau. Mais avec beaucoup de plaisir car son ordre me ferait du bien : le repos. Je fermai mes yeux et je repensai à son conseil, puis je sombrai sous le poids d’un lourd sommeil… Depuis cette nuit j’applique toujours son conseil lorsque je fais une observation clinique. Et cela m’a beaucoup aidé à construire de bonnes relations avec les patients.





comments powered by Disqus