Le sport, tel un Janus à deux faces…

Publié 11 juillet 2014 no picture Jiane Benslimane

no picture Jiane Benslimane Voir le Profil
Inscrit le 11 juillet 2014
  • 1 Article

Selon les habitudes et les cultures, le sport occupe une place d’une importance variable dans le quotidien des individus et des communautés. Par souci de santé, d’éducation ou d’ouverture sur le monde, pour le loisir, ou comme activité professionnelle, le sport est exercé et vécu de diverses manières. A grande échelle, le sport est une industrie à part entière. Utilisé à des fins citoyennes, politiques, médiatiques, commerciales ou ludiques, il fait partie intégrante des plus grands programmes nationaux. Des fins solidement établies qui démontrent que chaque société a adopté un comportement à l'égard du sport. Face à un tel engouement, il convient - aujourd’hui - de se demander si le sport est réellement bénéfique. Le sport a-t-il un impact positif sur le monde ? Le débat est aujourd’hui ouvert.

Le sport, pour faire du monde un village planétaire

Véritable espace de liberté individuelle et collective, le sport présente un large choix de disciplines physiques et mentales répondant à tous les goûts. Entre sports collectifs, athlétisme, sports mécaniques, sports de combat, et bien d’autres, chacun trouve son compte dans cette large palette d’activités. Mais au-delà de sa dimension athlétique ou ludique, le sport porte en lui des bénéfices éducatifs. Il peut servir comme moyen de sensibilisation à des valeurs nobles telles que la persévérance, la maîtrise de soi, le respect de l'adversaire et la tolérance. En effet, plus qu'un moyen de fédérer des personnes de divers horizons, le sport se veut aussi un moyen de véhiculer des messages et défendre des causes. La paix dans le monde, la solidarité ou encore la lutte contre le racisme et la violence en sont quelques exemples. En d’autres termes, le sport cultive des valeurs recherchées dans une société qui se veut saine et soudée. Dernier événement en date : l’affaire de Dani Alves, le joueur du FC Barcelone, et son lanceur de banane, survenue le 27 avril 2014. Si ce lancer de banane était un acte de racisme prononcé, le monde du sport a fait preuve de solidarité à l’égard du joueur, en créant une grande campagne de soutien sur les réseaux sociaux, à laquelle la présidente brésilienne Dilma Rousseff avait pris part en personne. Mais puisque le sport est un lien humain avant tout, le joueur a publiquement annoncé avoir pardonné ce geste. Vecteur de tolérance, le sport sait rapprocher les nations et soutient le brassage culturel et humain.

Exploitation et détournements, les dérives sont multiples

Parce que chaque médaille a son revers, le sport peut avoir des influences négatives, selon les messages qu’il prêche tels que la soumission, le développement de l'agressivité et de la violence, le culte du virilisme ou encore, la promotion de l’appareil stratégique capitaliste, etc. En effet, les exploits sportifs peuvent être employés pour fortifier l'identité nationale ou montrer la supériorité d'un système par rapport à un autre. Entre les pays qui s’arrachent l’organisation d’événements sportifs d’envergure, les médias qui se disputent l’exclusivité de couverture des grandes compétitions, les grandes marques qui recrutent des vedettes sportives comme égéries, et les discours de propagande qui incitent au hooliganisme, les objectifs nobles du sport ne sont-ils pas altérés ? Le mouvement sportif international exploite de plus en plus, la dimension monétaire du sport. Aujourd’hui au Brésil, les manifestations se poursuivent face aux investissements faramineux en infrastructures sportives entrepris par le gouvernement brésilien. Des manifestations qui contestent l’utilité de ces investissements, puisque plus de 20% des brésiliens vivent encore sous le seuil de la pauvreté. Une frustration populaire et un sentiment d’exploitation qui donne lieu à la violence, en l’absence d’écoute et de mesures correctives.

Si le monde cherche aujourd’hui à tracer une trajectoire de développement ambitieuse, le sport n’a pas encore démontré ou ne démontre plus autant ses bénéfices réels pour un pays et sa population. La dimension éducative du sport n’est pas suffisamment exploitée pour créer des possibilités de développement et générer un impact positif. Cette éducation servirait pourtant les jeunes générations, souvent perçues comme un obstacle plutôt qu’un atout. Le sport pourrait réorienter et mieux organiser la jeunesse en agissant sur sa manière de réfléchir, de se comporter, de vivre en communauté. Il la formerait à devenir un acteur actif dans le développement humain et économique d’une nation. Puis du monde.

Challenge JA




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share