Les forces et faiblesses de la réunion plénière de haut niveau des Nations Unies sur la jeunesse

Publié 4 août 2011 Avatar Amadou Moctar DIALLO

Avatar Amadou Moctar DIALLO Voir le Profil
Inscrit le 7 mars 2011
  • Articles

J'ai eu l'opportunité de participer à la réunion plénière de haut niveau sur la jeunesse organisée par l'Assemblée Générale des Nations Unies les 25 et 26 juillet 2011, à New York. J'ai eu la chance d'être sélectionné parmi les jeunes qui ont fait une déclaration lors de la table ronde 1 portant sur le sujet suivant:

"Renforcement de la coopération internationale en faveur de la jeunesse et amélioration du dialogue, de la compréhension mutuelle et de la participation active des jeunes, en tant qu’éléments indispensables des mesures à prendre pour réaliser l’insertion sociale, parvenir au plein emploi et éliminer la pauvreté."

Dans mon discours, j'avais surtout insisté sur la nécessité de promouvoir la participation des jeunes dans le système des Nations Unies.

Mes impressions sur la réunion sont les suivantes:

  1. Les forces de la réunion

  2. Approche intégrée : tous les acteurs ont été conviés à cette rencontre: Etats, organisations internationales, société civile –y compris les organisations de jeunesses et les jeunes activistes-, secteur privé. Ce qui a enrichi les débats et ouvert la voie à une meilleure coopération en matière de jeunesse.

  3. Organisation d’événements parallèles (Side Events) : Ces activités ont été de véritables cadres de débats contradictoires et de partage d’expérience. Ces événements, vu la taille réduite de participants, les intérêts convergents des participants et le peu de formalisme qui les caractérise, ont été les lieux où les participants ont réellement tissé des relations et échangé sur leurs différents projets.

  4. Consensus majeur : tous les participants sont d’accord qu’il faut placer la jeunesse au cœur des politiques de développement et qu’il faut une meilleure coopération internationale en la matière.

  5. Respect du principe d’équilibre régional : le choix des panélistes et des intervenants est fortement basé sur le principe de l’équilibre régional. Ce qui a permis d’aborder la question des jeunes dans sa globalité en tenant en compte la diversité des situations.

  6. Les faiblesses :

  7. Faible représentation des jeunes : le lieu de la rencontre –New York- est en soi une limite à une participation massive des jeunes issus des pays en développement. Le lieu initial prévu pour cette rencontre était la Tunisie ! Heureusement avec le soutien des institutions comme UNFPA, certains jeunes des pays en développement –comme moi- ont eu l’opportunité d’y prendre part . Par ailleurs, beaucoup de pays membres sont venus à cette réunion plénière sans jeunes. Alors que dans leur discours, ils prônaient la participation des jeunes ! Néanmoins, il faut saluer l’attitude de certains pays qui ont donné l’opportunité à leurs jeunes délégués de prononcer un discours au nom de leur pays.

    • Prise de parole restreinte aux jeunes : lors des tables rondes, seule quelques jeunes choisis d’avance, ont eu l’opportunité de prendre la parole pour faire des déclarations ou des interventions. La part belle était réservée aux Etats membres. Or, nous savons que certains d’entre eux oppressent leurs jeunes citoyens et ne leur offrent pas des opportunités de participer pleinement à la vie nationale et internationale. Ainsi, les Etats membres ont à la fois pris la parole aux tables rondes à côté des auteurs acteurs –le lundi 25 juillet- et ils ont exclusivement monopolisé la parole lors des séances plénières – mardi 26 juillet-.

    • Manque d'intérêt de certains pays : J'ai constaté que certains pays ont marqué gravement leur absence. Rares sont les Chefs d’État qui ont fait le déplacement. En outre, il y avait beaucoup de bruits dans la salle, surtout dans la partie réservée aux États, qui la plupart n'écoute que leurs propres interventions. Il est étonnant de constater que certains délégués quittaient la salle juste après leurs discours !

Cependant globalement, malgré ses quelques limites, la réunion plénière a été un succès, car elle a permis aux différents acteurs de discuter de la jeunesse, mais surtout, cette réunion a permis aux jeunes participants qui travaillent dans les même domaines de tisser des relations de partenariat.




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share