Les myopes sont de plus en plus nombreux, de plus en plus jeunes

Publié 5 décembre 2012 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Voir le Profil
Inscrit le 9 mai 2011
  • 286 Articles

L'alerte sur ce que certains appellent une "épidémie" a été donnée dans une étude du professeur Ian Morgan, chercheur à l'université de Canberra en Australie, en mai, dans la revue The Lancet. L'étude montrait que près de 90 % des jeunes en fin de parcours scolaire dans les zones urbaines des pays développés d'Asie (Chine, Singapour, Taïwan, Hongkong, Japon, Corée) présentent cette amétropie (contre 25 à 40 % chez les générations précédentes), dont 10 à 20 % sont touchés par une forte myopie. Cette progression a commencé au milieu des années 1990.

Lien: http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/11/29/...

L'alerte sur ce que certains appellent une "épidémie" a été donnée dans une étude du professeur Ian Morgan, chercheur à l'université de Canberra en Australie, en mai, dans la revue The Lancet. L'étude montrait que près de 90 % des jeunes en fin de parcours scolaire dans les zones urbaines des pays développés d'Asie (Chine, Singapour, Taïwan, Hongkong, Japon, Corée) présentent cette amétropie (contre 25 à 40 % chez les générations précédentes), dont 10 à 20 % sont touchés par une forte myopie. Cette progression a commencé au milieu des années 1990.

Source: http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/11/29/myopie-une-epidemie-mondialisee_1798063_1650684.html

Le jeudi 11 octobre 2012, deuxième jeudi du dit mois, la communauté internationale a célébré la Journée mondiale de la vue, comme le prévoit la règle retenue pour la célébration de cet évènement. L’instauration de cette journée, note le site de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), vise à « sensibiliser l’ensemble du monde aux problèmes de la cécité, des déficiences visuelles et de la réadaptation des malvoyants ». En 2012, cette journée s’est focalisée principalement sur la santé oculaire et l’égalité d’accès aux soins. Au nombre des problèmes affectant la vue, nous avons les défauts de réfaction.

Les défauts de réfaction, c'est-à-dire les troubles courants qui brouillent la vue, coûtent cher au monde lorsqu’ils ne sont pas corrigés, doublement cher d’ailleurs. En plus des conséquences sur la qualité de vie pour les personnes qui en sont affectées (grands risques de cécité), les défauts de réfaction provoquent une perte importante de ressources économiques. Une récente étude publiée dans le Bulletin de l’OMS montre Les avantages économiques d’une meilleure santé oculaire pour tous. En effet, les auteurs de cette étude estiment que ce sont 202 milliards de dollars US sur le produit intérieur brut mondial qui sont perdus chaque année du fait des défauts de réfraction non corrigés de 703 millions de personnes. Alors que les actions et autres investissement nécessaires pour régler cette situation « coûteraient entre 2 milliards et 28 milliards de dollars US ».

C’est réalité nous a entre autres poussé à partager avec vous cet article publié sur le site du journal Le Monde, qui estime que la myopie, l’une des grandes formes de défaut de réfaction, est aujourd’hui une épidémie mondialisée.

Nous y lisons que « s'il est connu que les Asiatiques sont génétiquement prédisposés à la myopie, cette forte progression gagne l'Europe et les Etats-Unis, dans des proportions moindres. Le taux de myopie est d'environ une personne sur trois en Europe, soit 40 % des 12-54 ans, contre 20 % dans les années 1970. Aux Etats-Unis, la progression est identique, passant de 25 % au début des années 1970 à 41,6 % au début de l'an 2000, selon une étude parue dans Archives of Ophtalmology ».

Qu’est ce qui explique cette situation ? L’article du Monde nous donne des éléments de réponse.




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share