Les petits miracles du crowdfunding

Avatar étudiante
Cécilia P
Inscrit le 23 février 2017
  • 10 Articles
  • Age 22

On parle souvent des méfaits des réseaux sociaux, tout particulièrement auprès des jeunes : les jeunes y sont accros, nous y passons beaucoup trop de temps et surtout, la multitude de réseaux sociaux que nous utilisons quotidiennement, nous coupe du vrai monde. Nous ne communiquons presque plus que de cette façon.


Je ne nie pas que cela puisse avoir des effets néfastes, mais certaines initiatives ont su saisir l'avantage que représentent les réseaux sociaux. Après tout, si des millions et des millions de gens utilisent ces plateformes, alors pourquoi pas en tirer profit pour la bonne cause ?


Des campagnes de financement participatif, ou de crowdfunding, on en a vu passer beaucoup ces dernières années. C'est devenu un moyen courant et très facile de financer des projets, et tout ça grâce aux réseaux sociaux sur lesquels il suffit de quelques clics pour les partager. Chacun participe aux projets qui leur plaisent, dans la mesure de ses moyens et grâce à cela la somme fixée est atteinte, assez rapidement, notamment lorsque la campagne devient virale.


Récemment, plusieurs de mes amis rencontrés l'année dernière lors de mon échange universitaire au Canada ont partagé un lien sur Facebook. Il s'agissait d'un appel à l'aide de quelqu'un que j'avais pu rencontrer à plusieurs reprises sans toutefois avoir l’occasion de devenir amie avec. Il s'était résolu à faire appel à ses amis car il s'agissait de son dernier recours avant de perdre son visa – ses parents ne voulaient plus l'aider à cause de son homosexualité, et il avait besoin d'un soutien financier pour pouvoir engager un avocat afin de conserver son droit de rester au Canada. En deux jours, il a pu récolter plus que l'objectif fixé.

C'est une histoire qui m'a particulièrement touchée, et dont je n'aurais pas eu connaissance, je n'aurais pas pu aider – car nous ne nous connaissions pas vraiment - s'il n'y avait pas eu Facebook.


Bien plus récent encore, car cela se produit en ce moment, Jérôme Jarre, un youtubeur, a lancé une campagne appelée #LoveArmyForSomalia. En quelques jours la campagne a pris une énorme ampleur et près de deux millions d'euros ont été récoltés. Là où l'ONU peinait à récolter des fonds pour pallier à la famine ou le risque de famine menaçant le Soudan du Sud, le Nigeria, le Yémen et la Somalie, il a suffit d'une semaine pour que 80,000 personnes se mobilisent et donnent chacune à hauteur de ses moyens. Cela devrait permettre d'envoyer des vivres en Somalie, avec un objectif plus durable que de pallier à la crise imminente, car les auteurs de la campagne souhaitent que la Somalie puisse en profiter un peu plus longtemps. Et tout cela grâce au pouvoir des réseaux sociaux, encore une fois.


Il n'y a pas que du mauvais dans les réseaux sociaux. Il ne faut pas oublier leur fort pouvoir de rassemblement et de mobilisation.






comments powered by Disqus