Mes 3 questions au Coordonnateur national de la CIRGL

Publié 29 mai 2014 Avatar Pona Bana

Avatar Pona Bana Voir le Profil
Inscrit le 15 janvier 2014
  • 58 Articles

Romance représentera la Province du Katanga au Sommet de l’espoir qui se tiendra à Bujumbura du 30 Mai au 1er Juin. Elle a profité du Forum national préparatoire qui s’est tenu à Kinshasa pour poser 3 questions à Baudouin Amuli, Coordonnateur national de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs.

François Muamba, coordonnateur du mécanisme national de suivi de l’accord-cadre, Sylvie Fouet, Représentante adjointe de l’UNICEF en RDC, et Baudoin Amuli, Coordonnateur National de la CIRGL sur le plateau de l’émission “La Voix de l’enfant” de la RTNC

Monsieur le Coordonnateur national, pensez-vous que l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région sera scrupuleusement respecté par les différents pays qui l’ont signé?

La mise en œuvre de l’Accord-Cadre est un processus qui est supervisé par deux structures de suivi, chacune agissant à son niveau pour s’assurer de la mise en œuvre des engagements pris.

D’abord au niveau national : la République Démocratique du Congo est le principal pays concerné puisqu’il vise sa stabilité. Ici le Mécanisme National de Suivi qui a été placée sous la responsabilité de Monsieur François MWAMBA est chargé de veiller à la mise en œuvre des engagements qui concernent la République Démocratique du Congo.

Au niveau régional, la mise en œuvre est suivie par Son Excellence Madame Mary ROBINSON. Elle a la responsabilité de veiller que tous les pays et organisme signataires respectent leurs engagement en mettant en œuvre les actions qui leurs sont demandées.

Avec ce dispositif, on s’attend donc à voir tous les pays respecter l’Accord-Cadre. Sur le plan pratique, on a constaté depuis plusieurs mois de mise en œuvre des efforts menés par les uns et les autres. Plusieurs réunions du comité technique régional ont permis de faire le point sur l’avancement du processus les nombreuses visites de Madame Mary ROBINSON dans les pays de la région ont permis d’encourager les uns et les autres à agir plus pour progresser plus rapidement.

J’ai donc l’espoir que l’Accord cadre sera respecté.

Fin avril, 15 enfants de 12 à 17 ans sélectionnés par les 11 provinces de la RDC se sont réunis à Kinshasa pour préparer le Forum de la Paix de Bujumbura. Sur le plateau de la Voix de l’enfant / RTNC.

En ce qui concerne la restructuration du secteur de sécurité, avez-vous prévu de renforcer les salaires de tous ces officiers ? Cette insuffisance les pousse parfois à trouver d’autres sources de revenu.

L’amélioration des conditions de vie des soldats de manière générale est une des priorités du gouvernement. Le Ministère de la Défense a justement la tâche de veiller à ce que l’armée fonctionne bien et travaille efficacement.

Face aux difficultés constatées par le passé dans les opérations de lutte contre les groupes armés à l’Est de la RDC, le gouvernement a décidé de revoir les procédures de paie de la solde des militaires ainsi que l’organisation du commandement opérationnel.

S’agissant particulièrement de la paie, la bancarisation des salaires des fonctionnaires de l’Etat, y compris l’armée, a permis de faciliter l’accès de tous à la paie. Ainsi même les officiers militaires ont désormais accès à leur salaire à temps dans les banques. Le processus sera généralisé au niveau des simples soldats.

Mais pour ceux qui sont sur le terrain des opérations, leurs salaires sont payés et une ration alimentaire est accordé à tous et à temps.

Mais les problèmes budgétaires du gouvernement ne lui permettent pas encore de majorer substantiellement le solde des militaires et leurs officiers. Comme la maîtrise des finances publiques s’améliorent le jour au jour, il y a lieu d’espérer que les salaires des officiers seront augmentés.

Du 31 mai au 1 juin les enfants des 11 pays signataires de l’accord-cadre se rencontreront à Bujumbura pour un Forum où ils élaboreront leur message aux chefs d’Etat.

Selon vous, est-ce que les pays qui ont signé l’Accord-Cadre l’on fait à contre cœur ou pour en tirer profit ?

On dit qu’entre les Etats il n’y a que les intérêts qui comptent. Chaque pays doit apprécier l’intérêt qu’il tire dans une coopération avec un autre avant de s’y engager. S’il n’y a aucune forme d’intérêt, aucun pays ne peut signer avec un autre un accord de coopération. C’est aussi vrai pour l’Accord-cadre Addis Abeba. Mais les intérêts ici peuvent être de différentes natures. Il y a des intérêts sécuritaires. Ainsi on s’implique dans un accord parce que sa mise en œuvre procure à votre population plus de sécurité. Il y a des intérêts économiques. On signe un accord puisque sa mise en œuvre rapporte plus d’argent à l’économie et aux entreprises du pays.

Mon impression est que l’Accord-cadre est intéressant pour tous les signataires en ce que sa réussite garantira la stabilité générale de toute la région et permettra aussi de renforcer le commerce régional ou chaque pays tirera un intérêt. Le rôle des organisations régionales et internationales impliquées est celle de favoriser cela, ce qui cadre naturellement avec les missions qui leur ont été confiées.

Suivez toute l’actualité du Forum de l’espoir sur:

- Le Blog spécialement créé pour le Forum de l’Espoir de Bujumbura: Tumblr

- Jour après jour, minute après minute, suivez les jeunes ambassadeurs de RD Congo sur: Twitter

- Toutes les photos sont sur: Flickr

- Nous relaierons également toute l’actualité du Forum de l’Espoir sur: Facebook

Retrouvez les articles précédents :

- “Protégez les jeunes pousses si vous voulez de grands arbres”

- “Nous sommes ici parceque nous voulons la paix”

- Le Forum de l’espoir a débuté à Kinshasa

- Forum de l’espoir: le compte à rebours à commencé en RDC

- Po na Bana est désormais disponible en anglais! Follow us on:

http://ponabana.com/?lang=en

Photos: UNICEF RDC/ Adrien Majourel/2014


jeunesse Paix Participation RDC Connecte forum grands lacs




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share