Mettons des voix sur la violence sexuelle contre les enfants !

Publié 12 avril 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Voir le Profil
Inscrit le 9 mai 2011
  • 286 Articles

En 2013, le drame des enfants victimes de violences sexuelles demeure grand et révoltant. Malheureusement, le silence qui l’entoure, en plus de le nourrir et de le rendre peu visible, ne permet pas toujours de faciliter la prise en charge des personnes qui en sont victimes et de sanctionner de manière exemplaire les bourreaux.

C’est pour contribuer à rendre ce drame un peu plus visible, en communiquant des informations pertinentes sur la question en incluant plusieurs passages d’histoires de victimes, mais aussi pour sensibiliser les partenaires sur la nécessité d’investir un peu plus de fonds dans ce domaine, que l’ONG internationale Save The Children vient de publier le rapport "Unspeakable crimes against children, sexual violence in conflict" (en français, cela pourrait se traduire comme "les indicibles crimes contre les enfants, la violence sexuelle lors des conflits"). En effet, « la violence sexuelle est l’un des plus horribles crimes qui soient commis pendant les conflits. Personne ne devrait endurer la souffrance et l’humiliation du viol, de l’exploitation et la violence sexuelle ; et cela est particulièrement déplorable lorsqu’un enfant est soumis à cette brutalité », lit-on dans ce rapport.

Ainsi, si la protection des enfants constitue un pan important de l’action de la communauté internationale, tel qu’inscrit dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), cette protection devient plus que vitale en période de troubles. Selon Save The Children en effet, « durant les conflits et périodes d’instabilité, les enfants sont exceptionnellement vulnérables en ce sens qu’ils sont exposés à une large catégorie d’abus des droits de l’homme et des risques de protection : séparation de leurs familles, détention, déplacements forcés, torture, manque de repas et d’hébergement, faible accès aux services de santé et d’éducation, enlèvements, recrutement et intégration dans les forces et groupes armés, viol, exploitation et abus sexuels. »

Dans un article relatif à ce rapport, le site ReliefWeb écrit que pour réaliser ce rapport Save The Children a collecté des données et témoignages de plusieurs pays affectés par des conflits depuis la précédente décennie, dont la République Démocratique du Congo (RDC), le Libéria et la Colombie.

L’autre information que nous tirons de ce rapport est que « la violence sexuelle en temps de guerre est aussi commise par des membres de la famille, des membres de la communauté, d’autres enfants, des enseignants, des leaders religieux, des soldats de maintien de la paix et des agents humanitaires – des personnes en qui on place sa confiance tout au long de sa vie. » Là encore, nous apprenons que « dans les pays où les femmes et les filles restent fortement discriminées, les jeunes filles sont les plus menacées. Elles sont particulièrement exposées à un grand degré de viol, mais aussi au mariage précoce et forcées et à des grossesses non désirées. »

Mais surtout, Save the Children nous apprend que « bien qu’elle soit peu apparente, la violence sexuelle sur les garçons est aussi commune. Et tant les filles que les garçons sont bien souvent peu disposés à révéler ces crimes, à cause de la pression sociale et de la peur de représailles. »

« La prévalence et les conséquences de la violence sexuelle contre les garçons durant les conflits armés, aussi bien dans les situations de pré et post-conflit, ne devrait pas être sous-estimée. En République Démocratique du Congo, par exemple, les hommes et les garçons représentent entre 4 et 10 % des survivants de violence sexuelle en quête de traitement. Une autre étude en RDC a montré que 9 % de tous les hommes (et 22 % de toutes les femmes) interrogés ont révélé avoir directement expérimenté la violence sexuelle durant le conflit. »

Tout en remerciant les différents acteurs engagés sur le terrain, nous nous associons à leur plaidoyer pour plus de ressources dans ce combat. Et tous, nous devons nous battre pour que les perspectives d’actions intègrent un peu mieux ce problème. Des dizaines, voire centaines de milliers de vies d’enfants seront sauvées, leur enfance préservée, leur insouciance conservée et leurs projets d’avenir un peu plus garantis. Nous en sommes convaincus !

© UNICEF/NYHQ2012-1462/MARCO DORMINO - NICARAGUA, 2012




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share