Participons et donnons notre opinion sur la Résolution de la jeunesse pour l’éducation que nous souhaitons !

Publié 7 juin 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Voir le Profil
Inscrit le 9 mai 2011
  • 286 Articles

Au cours du dernier trimestre de 2012, l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) a publié le 10ème Rapport mondial sur le suivi de l’EPT (Initiative "Ecole Pour Tous"), intitulé "Jeunes et compétences, l’éducation au travail" (ici le résumé de ce rapport). Dans l’un des articles que nous avons consacré à cet évènement, nous relevions que ce rapport constate que « malgré l’augmentation, à l’échelle mondiale, du nombre d’enfants scolarisés dans l’enseignement secondaire, le taux brut de scolarisation pour le premier cycle de ce niveau n’était en 2010 que de 52 % pour les pays à faible revenu, ce qui laisse des millions de jeunes affronter la vie sans posséder les compétences fondamentales dont ils ont besoin pour gagner décemment leur vie. »

Afin de booster la réponse mondiale, surtout avec la date limite fixée à fin 2015 pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), le Secrétaire général des Nations Unies a lancé l’Initiative mondiale pour l’éducation avant tout. Cette Initiative vise à mobiliser un large éventail d’acteurs pour susciter un mouvement mondial afin de réaliser une éducation de qualité, pertinente et transformative. Rappelant le pouvoir universel qu’a l’éducation de transformer les vies, Mon Ban Ki-Moon écrit qu’ « il ne s’agit pas de préférer l’éducation aux autres questions d’une grande importance. Nos objectifs de développement convenus au niveau international sont une tapisserie complexe et l’éducation en est un fil indispensable. »

La jeunesse ne veut pas rester en marge de cette dynamique. Le 12 juillet 2013, à l’occasion du Malala day, du nom de cette jeune pakistanaise qui a survécu à des coups de feu qui l’ont atteint à la tête, en représailles à son combat pour la scolarisation des filles, les jeunes leaders du monde entier se réuniront aux Nations Unies, à New York. Il sera question d’échanger sur l’éducation et de demander aux autorités du monde d’agir pour l’atteinte de l’objectif de l’éducation pour tous d’ici à 2015.

Dans ce sens, le "Groupe de plaidoyer des jeunes de l’Initiative mondiale pour l’éducation avant tout" a lancé un appel pour interpeller sur l’urgence de l’éducation. Il s’agit d’un appel à la finalisation de la Résolution des jeunes : l’éducation que nous souhaitons.

La proposition qui est soumise à nos contributions est basée sur six grands piliers d’actions pour lesquelles le Groupe de plaidoyer des jeunes demande un engagement des gouvernements, individus et organisations intervenant au niveau de la politique, la planification, des financements, la gestion et la mise en œuvre de l’éducation. Nous avons, au nombre de ces actions, la réponse à la situation particulière des jeunes filles et autres groupes défavorisés (tels que les enfants pauvres, les enfants exploités et esclaves, les jeunes filles dans les rues, les enfants handicapés).

De plus, pour garantir une éducation scolaire pour chaque enfant, la résolution appelle non seulement à « entreprendre urgemment des actions afin que tous les enfants aient accès à une éducation de qualité, [y] compris les 61 millions de garçons et de filles exclus », mais aussi à « fournir une éducation de neuf ans au moins à chaque enfant, pendant laquelle ils disposent des ressources, de l'environnement et du support professionnel nécessaire pour apprendre et s'épanouir. »

Afin de garantir que les enfants et les jeunes apprennent à vivre et à travailler, ce texte souhaite également le développement et la promotion de « l’éducation civique comme une manière d'éduquer les enfants et les jeunes sur les réalités importantes de la vie, pour réduire l'extrémisme, promouvoir l'égalité et le respect, pour que les enfants soient conscients de leurs droits et responsabilités, afin de les aider à prendre conscience de leur situation en tant que citoyen du monde et améliorer leur bien-être émotionnel et physique. »

Cette proposition de résolution ne manque pas d’y inscrire la nécessité d’assurer aux jeunes une voix dans le façonnage de l'éducation.

Jusqu’au 14 juin 2013, ajoutons nos commentaires sur The World We Want 2015 ou Facebook pour un texte le plus inclusif possible. Soyons nombreux à rejoindre ce mouvement !

© UNICEF/NYHQ2011-0246/Asselin - CÔTE D IVOIRE, 2011





comments powered by Disqus

En Savoir Plus