Que fais-tu pour protéger la planète?

Avatar Bachelier en Sciences Economiques ,Techicien en Maintenance Informatique
SEZIKEYE Désiré
Inscrit le 25 février 2017
  • 11 Articles
  • Age 25

Le 22 avril, c’est une date très importante. C’est la date où le monde commémore la journée mondiale de la terre. L’Homme, en voulant satisfaire ses propres besoins, participe à des activités qui détruisent la planète (pollution de l’environnement) en oubliant que cela peut avoir des conséquences sur son avenir. Pour protéger la planète, voici les actions menées par les stagiaires blogueurs La Voix des Jeunes dans leurs pays respectifs.

Georgina - France

Je suis à la fois contente et embarrassée d’avoir à répondre à cette question, car cela me rappelle à quel point je (comme beaucoup je crois) ne fais pas assez, pas autant que j’aimerais pour ma Terre, notre Terre, au quotidien. Je recycle pour diminuer mes déchets, j’éteins mes appareils électroniques, mes lumières etc. pour diminuer ma consommation d’électricité. J’essaie de limiter ma consommation d’eau. En écrivant cela, je me rends compte que mon « action » se trouve souvent dans la limite, la restriction d’habitudes, et j’aimerais par le futur, au contraire, prendre une approche plus proactive pour protéger la planète. Je compte notamment faire un « no impact week » pour m’aider à prendre conscience de mon impact quotidien sur l’environnement et comment le diminuer.

Yao Prince - Côte d’Ivoire

Je mène en ce moment dans une ONG, dont je suis le responsable marketing et communication, des actions pour l’environnement: la sensibilisation et la cartographie des fosses par quartier et par famille, la vérification qui consiste à inciter les villageois à remettre en état les fosses non conformes aux exigences de l'UNICEF, la construction des fosses manquantes, le suivi, un bilan mensuel qui devra être envoyé à l'UNICEF par le biais de son représentant local, prélever des données( niveau d'eau dans les puits et forages, localisation des abreuvoirs des animaux (bœufs), la sensibilisation des villageois sur l'hygiène, l'assainissement personnel et collectif et fournir au village un registre pour tracer les recettes et dépenses de la gestion de l'eau…

Tinah - Madagascar

L’eau est l’or et le pétrole du futur. J’évite de gaspiller l’eau autant que possible. Quand je me brosse les dents ou quand je fais la vaisselle, j’essaye de ne pas faire couler le robinet inutilement. Durant l’été, je récupère l’eau de pluie pour arroser mes plantes. Non seulement je le fais pour notre planète mais je me dis aussi que quelque part sur terre, il y a des personnes qui souffrent de la sécheresse et qui doivent marcher plusieurs kilomètres pour trouver un point d’eau.

Désiré – Burundi

Très récemment, j’ai proposé au président de l’Association pour une Jeunesse Africaine Progressiste, au niveau communal de Ngozi, de composer moi-même une pièce de théâtre en rapport avec l’environnement. Et il a dit «oui». Cette pièce de théâtre se jouera dans des écoles primaires et secondaires. Le but principal de cette pièce est d’expliquer à la jeunesse Burundaise l’importance de protéger l’environnement et les risques sans précédent pour la planète si nous n’agissons pas très vite.

Cécilia - France

D'une manière générale, ce que je fais pour protéger la planète c'est que j'essaie de réduire l'impact négatif que j'ai dessus, que l'on a chacun et chacune dessus. Je fais le tri, j'essaie de réduire les emballages, en privilégiant les articles sans emballage ou du moins avec moins d'emballage plastique. Par exemple, j'ai remplacé mon shampoing en bouteille par un shampoing solide, sans emballage.

De plus, j'ai réduit ma consommation en produits laitiers, et arrêté complètement les viandes et poissons car je connais l'ampleur de leur impact négatif sur la planète.

Alpha - Guinée

De l’ironie et du dédain! Voilà ce que je peux lire sur les visages de certains mes concitoyens quand je refuse de jeter mon sachet d’eau dans la rue ! Ils rient à pleines dents mais cela ne me découragera pas car je sais que je mène un combat. Et si la moitié de mes voisins acceptent d'imiter mes actions, cela serait mieux pour la planète. Mon combat de tous les jours se résume ainsi : je ne jette pas mes ordures dans la rue ; je ne gaspille pas mon eau ; je débranche tous mes appareils électriques en sortant de ma maison; je sensibilise mon entourage et j’explique l’utilité de chaque geste qui contribue à sauver la planète !

Amina - Algérie

Si l'on me posait la question: "Que faites vous pour la planète ? ", je ne vous cache pas qu'après mure réflexion, je ne fais malheureusement que peu d'effort. En y repensant, peu importe le nombre d'actions que l'on mène. Cela ne sera jamais suffisant pour remédier à l'erreur humaine. Mais il vaut mieux agir que de rester les bras croisés. Ma petite action en tant que citoyenne protectrice du royaume, c'est de faire du tri sélectif. Il est vrai que faire le tri n'est pas la solution en soit ni même une idée révolutionnaire, mais ce que vous ne savez peut être pas, c'est que le tri, en Algérie, n'existe pas ! Il y a quelques temps, je me suis mise à contribuer en collectant le PET (plastique), et à chaque fin de semaine je l'emmène chez des spécialistes du recyclage qui le transformeront en mille et une choses. Et c'est comme cela que mon aventure avec le tri des déchets a commencé.

Emmanuella – Bénin

Pour préserver la l'environnement, j'ai pour habitude de participer à des campagnes contre l'insalubrité qui consistent à assainir les plages et les quartiers en les balaiyant. Je suis aussi membre de l'association des guides du Bénin.

Moukhtar - Tchad

Des millions d’ordinateurs sont mis sur le marché chaque année. Après une durée, ils sont usés, mis à la poubelle, et polissent l'environnement. Alors, chez nous à WenakLabs, nous faisons du recyclage des matériels informatique usés pour lutter contre la pollution de l'environnement. Avec ces matériels usés, nous fabriquons des Jerry Computer pour nos écoles. Par ailleurs, avec cette action, nous faisons d’une pierre deux coups: la protection de l'environnement, et la réduction de la fracture numérique.

Marc - Gabon

J'ai adopté un style de vie éco-responsable en devenant minimaliste il y a maintenant 3 ans. Cela signifie que je ne consomme que le strict minimum en ayant toujours en tête l'environnement. De plus, je me rends à vélo au sein de mon université afin de réduire mon impact sur la pollution atmosphérique.

Aissa - Mali

Dans le quartier de Sebenikoro, à la périphérie de Bamako le Lycée Mamadou M’Bodj a son club éco-citoyen. Ce sont des jeunes adolescents brillamment impliqués dans des actions de sauvegarde de la nature et de promotion des gestes écologiques en milieu scolaire.

Après la mise en place du club, ces jeunes ont reçu des séances de renforcement de compétences sur la lutte contre le changement climatique. Il s’agit d’une mobilisation sociale sur le développement durable parmi les jeunes scolaires afin de leur permettre d’être plus influent dans la sphère de la citoyenneté climatique et de la promotion des gestes éco-citoyens. Cette initiative a été encouragée par la francophonie et mis en œuvre par l’Association de jeunes AJCAD Mali. Cela permettra d’inculquer la culture de la préservation de l’environnement aux jeunes depuis le bas âge. L’école étant un repère sera un plus où avec des activités ils apprendront également. Une charte éco-citoyenne a été élaborée par le club pour continuer à vulgariser la culture éco-citoyenne tels que le reboisement, l’économie d’énergie et la consommation de produits biodégradable. Le changement climatique est bien réel et la culture écologique nous permettra de nous adapter à la situation et d’atténuer les conséquences. A nous de voir quelle planète laisserons-nous à nos enfants.


Où que vous soyez, vous aussi faites un effort pour mener des actions pour protéger la planète !







comments powered by Disqus