Quel pourrait être l'impact du retour de Marc Ravalomanana sur les jeunes malgaches?

no picture ZO ANDRIANINA
Inscrit le 19 juin 2014
  • 18 Articles

Source: Midi Madagasikara
http://www.midi-madagasikara.mg/politique/2014/09/23/marc-ravalomanana-retour-les-brefs-delais/

Source: Midi Madagasikara http://www.midi-madagasikara.mg/politique/2014/09/23/marc-ravalomanana-retour-les-brefs-delais/

Depuis son retour le 13 octobre 2014, l’ancien chef d’Etat de Madagascar, Marc Ravalomanana fait la une des journaux jusqu’à aujourd’hui. Depuis son exil il y a cinq ans, Madagascar est tombé dans une crise politique et économique, et a connu des tas de problèmes tant sur les domaines de la santé, du social, de l’éducation, que sur la sécurité. La question importante est : "comment cette crise politique va-t-elle toucher la sérénité des jeunes malgaches qui sont le seul avenir de ce pays" ?

Ayant atterri à bord d’un avion privé d’une manière clandestine sur les terres malgaches le 13 octobre 2013 dernier après deux tentatives de rentrer, Marc Ravalomanana a ramené avec lui un vent de changement encore mal défini. En fin de matinée du jour même de son arrivée, il a tenu des propos provocateurs face à la presse : « J’ai tellement de pouvoir que je suis rentré sans passeport » […] « J’étais président en exercice quand j’ai quitté le pays, maintenant que je suis de retour, le peuple malgache sait ce qu’il a à faire » a-t-il affirmé.

En effet, Ravalomanana était au pouvoir entre 2002 et 2009. Il a ensuite été renversé par Andry Rajoelina, l’ancien maire d’Antananarivo qui s’était installé au pouvoir de transition. Ce dernier étant remplacé par Hery Rajaonarimampianina en janvier 2014. La raison de son exil était sa condamnation aux travaux forcés à perpétuité pour la mort d’une trentaine de partisans d’Andry Rajoelina, abattus par sa garde devant le palais présidentiel le 07 février 2009. En 2013, il a affirmé être prêt à comparaitre devant une cour malgache pour répondre des accusations portées contre lui.

Quelques heures seulement après avoir rejoint son domicile le 13 octobre dernier, il a été arrêté par les forces de l’ordre « en raison de menaces de troubles à l’ordre public et pour la vie de l’ex-président » (madagate.com). Tout le monde n’était pas au courant de sa venue sur l’île, pas même la présidence. Depuis quelques semaines, Marc Ravalomanana est détenu dans une résidence présidentielle dans le Nord de l’île (Antsiranana ou Diégo Suarez) sans qu’il ne puisse sortir. La tension ne cesse de monter depuis son retour, sa famille a incité ses partisans à descendre dans la rue pour réclamer sa liberté, chose déjà faite. Actuellement l’insécurité ne cesse de prendre place sans que personne ne puisse faire grand chose. Les forces de l’ordre sont corrompues et les ressources ne cessent de se faire piller depuis ces cinq années où Madagascar est tombé dans le péril.

A cause de la crise, il y a 4 millions de chômeurs en 2013 à Madagascar (linfo.re in madaplusfr). Les malgaches souffrent plutôt de sous-emploi (le travail ne manque pas, mais les gens travaillent avec un salaire inadéquat) (42,5%) (Madaplus) que de chômage (3,8%) (INSTAT). Près de 70% des chômeurs sont des jeunes. Ce qui met en jeu l’avenir des jeunes diplômés des universités car chaque année l’entrée des 500 000 jeunes diplômés sur le monde du travail s’avère difficile voire impossible. Pour ceux qui y sont encore, des années blanches risquent d’apparaître, sans parler des menaces de grèves au sein des facultés. Ces cinq dernières années, les universités privées poussent de partout, mais de plus en plus dans la capitale. Les programmes donnés, ne remplissant pas dans certains cas la demande des travailleurs, risquent de baisser le niveau de connaissance des jeunes malgaches. D’ailleurs, la plupart des ONG, les ministères et autres grands organismes n’acceptent que les étudiants sortant des universités publiques. A part cela, les meilleurs professeurs et les bourses d’études pour l’étranger ne se trouvent que dans l’Université d’Antananarivo, la capitale. Ceux qui sont dans les autres régions et ceux qui ne peuvent être reçus n’ont qu’une mince chance de réussir leur vie. En plus de cela, les infrastructures manquent dans les établissements pédagogiques. Pourtant, l’argent obtenu du commerce illicite des richesses de Madagascar (bois de rose, tortues, pierres précieuses…), dont les dirigeants seuls bénéficient, doit apporter beaucoup à l’éducation et au bien-être des jeunes.


Sources:

- RFI. 13/10/14. Marc Ravalomanana arrêté le jour de son retour d’exil. [en ligne]. m.rfi.fr/afrique/20142013-marc-ravalomanana-arrete-madagascar-retour-exil/. Consulté le 06/11/14.

- Madagate. 15/10/14. Marc Ravalomanana de retour : réactions calquées sur celle de l’Union Africaine. [en ligne]. www.madagate.com/politique-madagascar/dossier/4441-marc-ravalomanana-retour-reactions-calques-sur-ce....

- Madaplus. 13/07/13. Madagascar : Taux de chômage alarmant chez les jeunes. [en ligne]. tm.madaplus.info/Madagascar-Taux-de-chomage-chez-les-jeunes_a7518.html. Consulté le 07/11/14.

- Instat (Institut National des statistiques). Taux de chômage à Madagascar. 18/01/10 [en ligne].www.instat.mg/indx.php?option=com_content&view=article&id=12&Itemid=65. Consulté le 07/11/14.





comments powered by Disqus