"Résultats" redonne espoir dans la lutte contre le sida

Publié 23 novembre 2012 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Voir le Profil
Inscrit le 9 mai 2011
  • 286 Articles

Ce 20 novembre 2012, le Directeur Exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé, a présenté le nouveau rapport global sur le sida. Intitulé "Résultats", ce rapport montre qu’une accélération sans précédent de la riposte au sida génère des résultats au profit des personnes.

Certes en 2011, la situation du sida reste préoccupante. En effet, selon ce rapport, 34 millions de personnes vivaient avec le VIH, dont 69% se trouvaient en Afrique subsaharienne (ce qui représente près d’un adulte sur 20 vit avec le VIH). Il est également vrai qu’à travers le monde 2,5 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH en 2011, et 1,7 million autres sont décédées de cette maladie sur la même période. Mais malgré ce tableau que nous venons de dépeindre, l’ONUSIDA constate "une nouvelle ère d’espoir" dans ce rapport.

En effet, on enregistre une chute de plus de 50 pour cent des nouvelles infections à VIH dans 25 pays. « Dans certains pays qui affichent les taux de prévalence les plus élevés au monde, le nombre de nouvelles infections à VIH a été réduit de façon spectaculaire depuis 2001, de 73 % au Malawi, 71 % au Botswana, 68 % en Namibie, 58 % en Zambie, 50 % au Zimbabwe et 41 % en Afrique du Sud et au Swaziland. », précise l’ONUSIDA. Mais l’un des grands points réside aussi dans le fait que « la moitié de toutes les baisses des nouvelles infections à VIH au cours des deux dernières années a été observée parmi les nouveau-nés – ce qui montre que l’élimination des nouvelles infections chez les enfants est possible. » En effet, en 2011, les nouvelles infections à VIH chez les enfants étaient inférieures de 43% par rapport à 2003, et inférieures de 24% par rapport à 2009.

En plus des nouvelles infections, un autre point positif se situe dans le fait qu’il y a eu en 2011 plus d’un demi-million de décès de moins qu’en 2005 (soit 24% de décès de moins).

Cela dit, des efforts restent encore à faire. Ainsi, malgré l’augmentation du nombre de personnes sous traitement antirétroviral, soit 8 millions de malades, ils sont encore 7 millions de personnes éligibles pour le traitement contre le VIH qui n’y ont toujours pas accès. La situation est plus préoccupante chez les enfants où ce sont 72% d’éligibles qui n’y ont pas accès. Enfin, la pandémie garde un visage féminin car les femmes représentent 58% des personnes vivant avec le VIH en Afrique subsaharienne.

Pour Michel Sidibé « le rythme des progrès s’accélère – on peut maintenant réaliser en 24 mois ce qui prenait une décennie auparavant ». Ainsi, « nous élargissons et intensifions nos efforts plus vite et de façon plus intelligente que jamais auparavant. Cela prouve qu’avec de la volonté politique et en poursuivant de notre action, nous pouvons atteindre nos objectifs communs d’ici à 2015 », rajoute le Directeur Exécutif de l’ONUSIDA.

Et cette volonté politique se traduira entre autres à régler la question du financement car il subsiste un déficit de ressources de 30% seulement pour financer pleinement la riposte au sida d’ici à 2015. Il faudra donc mobiliser et mettre effectivement à disposition les 22 à 24 milliards de dollars qui constituent le besoin annuel estimé à l’horizon 2015.

© UNICEF/NYHQ2012-1181/SUSAN MARKISZ - UNICEF HEADQUARTERS, 2012




comments powered by Disqus

En Savoir Plus