Selon Malala « Les extrémistes ont peur des livres et des crayons. Le pouvoir de l’éducation les effraie »

Publié 12 juillet 2013 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Voir le Profil
Inscrit le 9 mai 2011
  • 286 Articles

Symbolique ou point de départ du renforcement du grand mouvement pour un accès universel à l’éducation pour attendre les objectifs de l’Education Pour Tous (EPT) ? Quelle que soit la réponse, il est indiscutable que ce vendredi 12 juillet 2013 restera marquée d’une pierre blanche. En effet, c’est ce vendredi 12 juillet 2013 qu’a l’occasion de ses 16 ans que Malala s’est adressée à l'ONU devant des centaines de jeunes venus du monde entier et issus de plus de 80 pays. D’où la qualification du "Malala day" institué.

Pour rappel, Malala est une jeune pakistanaise qui a survécu à des coups de feu qui l’ont atteint à la tête, en représailles à son combat pour la scolarisation des filles au Pakistan son pays, et dans le monde entier. Ce sont en effet au moins 57 millions d’enfants en âge d’aller à l’école qui ne sont pas scolarisés en 2013. C’est inacceptable !

Cette importante intervention de Malala de ce vendredi 12 juillet 2013 aux Nations Unies avait un but bien précis ; celui de fixer un nouvel objectif: offrir une éducation scolaire à tous les enfants du monde. Et à cet effet, elle lancé un appel à signer sa pétition pour en finir à l’urgence pour l’éducation. Une pétition qui s’inscrit dans la Résolution de la jeunesse pour l’éducation que nous souhaitons dont nous parlions récemment sur notre blog.

Ce vendredi, dans son discours un message fort quand au caractère intacte de son engagement. Ainsi, s’adressant certainement et indirectement à ceux qui se sont attaqués à elle, comme à ces quatorze jeunes filles qui ont été assassinées au Pakistan simplement parce qu'elles voulaient aller à l'école, Malala a affirmé que « les extrémistes ont peur des livres et des crayons. Le pouvoir de l’éducation les effraie. »

Je partage le message de première Nigérienne étudiante à Harvard (Etats-Unis). Pour Halima, c’est ainsi qu’elle se prénomme, permettre aux filles d'aller à l'école, « ce n'est pas seulement investir dans un individu, c'est investir dans une famille, une communauté (...) et c'est là que le changement commence ».

Bravo encore à Malala et aux autres jeunes présents à New York aujourd’hui pour cette journée déjà symboliquement importante pour l’éducation de tous.




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share