Travail des enfants : le 12 juin, une journée également pour les « petites bonnes » dans nos maisons

Publié 12 juin 2014 no picture Rodrigue Koffi

no picture Rodrigue Koffi Voir le Profil
Inscrit le 9 mai 2011
  • 287 Articles

La Fièvre du football a atteint son paroxysme ces dernières heures ! A partir de ce 12 juin 2014, et pendant un mois, le Brésil devient le centre du monde avec le vingtième Coupe du monde de football. Mais loin de cette euphorie qui va mobiliser près d’un milliard de téléspectateurs dans les monde en tuer et sur les différents continents, en ce 12 juin 2014 également nous célébrons la Journée mondiale contre le travail des enfants. Pour l’édition de cette année, la communauté internationale a retenu comme thème « Étendre la protection sociale: éliminer le travail des enfants! » car « la protection sociale permet d'accéder à l'éducation, à la santé et à l'alimentation et joue un rôle essentiel dans la lutte contre le travail des enfants. »

Selon les dernières estimations du Bureau International du Travail (BIT), en 2013, ce sont 168 millions d’enfants, soit 1 enfant sur 10, qui travaillent. Parmi eux, 85 millions effectuent des travaux dangereux. Si l’actualité est régulièrement donnée aux enfants dans les plantations et les mines, le travail des enfants se traduit aussi dans un autre domaine dans de nos maisons et familles : les travailleurs domestiques, généralement sous l’appellation de « petites bonnes ».

Ce type de "travail des enfants" est caractérisé par un manque criard de données fiables qui contribue à donner toute sa difficulté sur une meilleure visibilité et l’ampleur de cette activité. Mais selon les estimations mondiales de l’Organisation internationale du travail (OIT), plus de 17,2 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans étaient actifs dans le travail domestique dans le monde en 2012. Parmi eux, le nombre d’enfants travailleurs domestiques âgés de 5 à 14 ans est estimé à 11,2 millions. Rien de surprenant si vous (5,6 millions de garçons impliqués dans le travail domestique, alors que 11,5 millions de filles âgées de 5 à 17 ans le sont).

L’OIT précise qu’ils seraient au moins 3,7 millions de ces enfants de 5 à 17 ans (dont près d’1 million ont moins de 12 ans) travailleurs effectuent des travaux domestiques dangereux dans la mesure où la nature ou les conditions dans lesquelles ils exercent ce travail sont susceptibles de compromettre la santé, la sécurité ou la moralité de l’enfant que chacun d’eux demeure.

L’Unicef précise à son niveau que les enfants vivant dans des familles pauvres et dans les zones rurales sont plus prédisposées à être engagées dans le travail des enfants. Et les millions de filles qui travaillent comme travailleuses domestiques sont particulièrement vulnérables à l’exploitation (physique comme morale) et aux abus (notamment sexuels). « Ces filles mineures subissent les pires formes d’exploitation et de violences, forcées de subvenir aux besoins de leurs familles, avec la complicité de réseaux mafieux d’intermédiaires et de familles exploiteuses de main d’œuvre corvéable à souhait », peut-on également lire sur le site de L’observateur du Maroc.

Ce 12 juin est donc une véritable invitation adressée à chacun nous pour nous questionner sur ce phénomène d’enfants travailleurs domestiques. Combien sont-ils ces cadres, ces pères et mères de famille, de classe moyenne comme aisée, dans nos villes, dont les maisons « emprisonnent » des fillettes dans des tâches ménagères exécutées dans des conditions déshumanisantes ?

A l’occasion de cette Journée mondiale contre le travail des enfants, sous le thème« Étendre la protection sociale: éliminer le travail des enfants! », il est également important de rappeler que pour le Programme international pour l’élimination du travail des enfants (IPEC), « le travail des enfants perpétue le cercle vicieux de la pauvreté et empêche les enfants d’acquérir les compétences et l’éducation nécessaires pour améliorer leur avenir. L’impact du travail des enfants dépasse largement le cadre de l’enfance; il rejaillit également sur l’économie nationale et se traduit par des baisses de compétitivité, de productivité et de revenus potentiels. »

© UNICEF/BANA2011-01310/Siddique - BANGLADESH, 2011

© UNICEF/NYHQ2009-1941/Nesbitt - ZAMBIA, 2009


Enfants travail des enfants Travail domestique




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share