Yvette Gomina, Directrice Adjointe de la FEA : "Enfants Reporters", un projet pour promouvoir le droit à la participation des enfants

Publié 17 janvier 2013 Avatar

Inscrit le 29 août 2011
  • 8 Articles

Les Enfants Reporters de Parakou (450 km au Nord de Cotonou) se sont entretenus avec Yvette GOMINA, Directrice adjointe de la famille, de l’enfance et de l’adolescence (DFEA) au Ministère de la Famille, des Affaires Sociales, de la Solidarité Nationale, des Handicapés et des Personnes de Troisième Age. Elle aborde dans cet interview de l'initiative du projet "Enfant Reporter".

Quels sont les projets dont vous vous occupez au Ministère de la famille ?

En tant que cadre de la Direction de la Famille, de l’Enfance et de l’Adolescence (DFEA), je participe à l’élaboration, la coordination, la mise en œuvre et l’évaluation des projets et programmes en faveur de la famille, de l’enfance et de l’adolescence. Plusieurs projets et programmes sont mis en œuvre à la DFEA. Il s’agit entre autres : -du projet intégré de protection des enfants victimes ou à risque d’exploitation, de trafic et de maltraitance qui consiste à placer les enfants victimes dans des familles hôtes pré-identifiées ; -du Projet de lutte contre la traite des enfants ; -du Projet «Enfants reporters.

En quoi consiste le "Projet Enfants Reporters ?

Ce projet consiste à amener les enfants à s’exprimer sur leurs droits et devoirs à travers les médias. Dans leur mission, ils sont formés par les journalistes et accompagnés, guidés et suivi par les chefs des centres de promotion sociale (CPS) de leurs localités.

D’où vient cette initiative ?

Les acteurs de protection et de promotion des droits de l’enfant au Bénin ont toujours déploré le fait que le droit à la participation des enfants qui fait partie des quatre catégories de droits de l’enfant, aux côtés du droit à la survie, au développement et à la protection est faiblement promue. Ainsi, plusieurs initiatives de participation sont développées à divers niveaux tels que les clubs d’enfants, les pairs éducateurs, les enfants travailleurs, les enfants recenseurs… C’est dans le souci de fédérer ces initiatives et d’établir un lien entre elles qu’est né le "Projet Enfants Reporters".

Dans quel but ce projet a-t-il été conçu ?

Ce projet est conçu pour promouvoir le droit à la participation des enfants en renforçant leurs capacités dans le domaine de leurs droits, des techniques de communication, d’animation et des techniques d’écriture journalistique.

De quels moyens disposez-vous pour la bonne marche du projet ?

Actuellement, le projet est mis en œuvre avec l’appui technique et financier de l’UNICEF. Le ministère en charge de la famille et celui en charge de la communication y interviennent en appuis institutionnel et humain.

Quel est la durée du projet ?

La durée du projet n’a pas été déterminée. Mais il faut dire qu’il n’a pas encore couvert tous les départements.

Quels sont les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ce projet ?

Le projet étant nouveau, il manque encore beaucoup de précisions pour rendre efficace sa mise en œuvre : l’ancrage institutionnel était imprécis, les enfants n’avaient pas de cahiers de charge ainsi que les chefs des centres de promotion sociale (CPS), d’où l’organisation d’une série d’ateliers pour déterminer les rôles et responsabilités de chacun. Le problème de moyens revient souvent mais si les enfants reporters s’en tiennent rigoureusement à leur cahier de charge, ils peuvent palier les difficultés.

Un mot à l’endroit des enfants reporters du Bénin

Je tiens à féliciter les 154 enfants reporters qui sont tous très dynamiques et enthousiastes dans leurs rôles de journalistes en herbe. J’espère que les différents ateliers de suivi vont leur permettre de se concentrer uniquement sur leur cahier de charge. Je leur souhaite de passer de bons moments de vacances tout en étant sages et en nous envoyant des articles, en intervenant une fois par mois dans les radios sur la promotion de leurs droits en tant que porte- parole de tous les enfants qui sont sans voix.

Réalisés par Les enfants reporters de Parakou




comments powered by Disqus

En Savoir Plus

Share