Tabou n'est pas un nom féminin

Post
Image
We do not need to change our bodies - We need to change the rules

Simone De Beauvoir a dit "on ne naît pas femme, on le devient". Plus le temps passe, plus je me dis qu'elle aurait dû dire "on ne naît pas femme, on le devient puis on apprend à vivre avec". Ne vous méprenez pas, je suis fière de mon chromosome XX et je le chérirai jusqu’à mon dernier souffle. Toutefois, apprendre à vivre avec des limites qui me sont imposées sous simple prétexte d'être une "femme" ne me laisse pas de marbre. Cette injustice ne devrait pas avoir lieu et pourtant, si vous y faites attention, elle a lieu tous les jours juste sous votre nez.

Je voudrais élever ma voix pour vous parler des tabous féminins, ces sujets qui touchent de près le sexe féminin mais dont la société ne veut pas en entendre parler. Ces sujets que nous avons-nous même en tant que femmes enterré lors des conversations, de peur d'heurter l'opinion publique. C'est-à-dire qu'il vaudrait mieux pour les femmes de ne pas parler en public de toutes ces "choses" qui ne concernent que la gente féminine. Têtue comme je suis, et n'aimant pas qu'on me dicte mon comportement, , Mesdames et Messieurs, je vous invite à lire les quelques tabous qui me sont venu en tête en voulant écrire cet article. Ils sont cités ci-dessous :

- La menstruation pas si monstrueuse que ça

Des fois, quand je rate une sortie entre amis et qu'ils me demandent "pourquoi ?", j'ai bien envie de répondre "Désolé, j'avais un crocodile dans les ovaires" ou plutôt "J'avais mes règles". Je vous laisse imaginer leurs réactions ,et puis déjà comment oserais-je prononcer ce mot si tabou. Un peu de pudeur, s'il vous plaît ! Les règles, oui, les règles c'est juste un petit peu de sang perdu, après tout. Simplement, c'est quelques (gentils) organes qui avaient fait plein de rénovations pour accueillir un bébé, qui à la fin n'est pas au rendez-vous. Résultats, tous les travaux faits ne vont servir à rien et sont redirigés vers la sortie. Alors on arrête de diaboliser les pauvres utérus et leurs compagnons ! Messieurs, si vous pensez que les menstruations sont sales, je suis dans l'obligation de vous rappeler que c'est tout ce qu'il y'a de plus naturel. Mesdames, n'ayez pas honte de parler de vos règles, c'est un cadeau de dame nature et non pas une punition.

- Le sein des saint(e)s

Le deuxième tabou qui me vient en tête est le sein, ce symbole de la féminité si sacralisé. La triste vérité est qu'à l'heure actuelle, il existe encore des femmes dans mon pays qui n'osent pas se faire dépister pour le cancer du sein. Vous imaginez qu'elle honte ça serait d'exposer sa poitrine, même si c'est pour sauver sa vie.. . Permettez-moi de vous rappeler que c'est le lait maternel qui nous a nourri à la naissance, alors longue vie aux seins ! Parlons-en et faisons-nous dépister, encore une fois la pudibonderie doit être mise au placard. Le cancer du sein n'est pas forcément synonyme de perte de féminité encore moins de fin du monde pour une femme.

- L'avortement

C'est sujet très délicat, je vous l'accorde. Tout ce que j'aurai à dire sur ce dernier, c'est que la femme a le droit de disposer librement de son corps et que le choix lui revient. Le droit sur le corps, quelle merveilleuse invention qui est quasi inexistante dans certains pays d'Afrique où l'excision fait chaque jour de nouvelles victimes. Vous savez l'excision, cet acte barbare qui consiste en une mutilation des organes génitaux féminins pour garder la fille "pure" jusqu'au mariage. Parlons aussi du viol, ce crime dont la victime est plus pointé du doigt que le criminel. Il est rassurant de savoir que certains pays autorisent le violeur à épouser sa victime, s'il le souhaite bien sûr afin de mieux protéger la victime, non ce n'est pas une blague. Après tout, la femme a-t-elle réellement son mot à dire sur son corps ? Il me semble que la réponse est claire.

Comme je l’avais dit un peu plus haut, ce ne sont que 3 tabous sur une centaine (voire des milliers?) de tabous auxquels est confrontée la femme, toute personne du sexe féminin, de n’importe quel âge et sur n’importe quel continent.

Blog