Je ne me suis jamais senti inférieur

Like269
Post
Image
Trois jeunes filles dans la cour de leur école

Dans certains pays africains, les albinos sont mal considérés et persécutés. On les accuse de sorcellerie ou de pratiques magiques. Dans ces pays, les croyances restent vivaces, et l’ignorance fait le reste. Cette maladie, qui touche environ 1 bébé sur 5 000 en Afrique, se caractérise par une absence de pigmentation de la peau, des poils et des cheveux, ainsi que par des yeux rouges, à cause de l’absence de mélanine. Cette pathologie peut toucher tous les mammifères, et donc l’homme, en plus des oiseaux, batraciens, poissons et insectes. Les albinos ont une vue déficiente et risquent de développer un cancer de la peau s’ils ne se protègent pas efficacement contre le soleil. (Source)

Toutefois, naître albinos en Afrique est un véritable drame. Car outre les insultes, le mépris et les humiliations, les albinos sont fréquemment accusés de posséder des pouvoirs maléfiques. Dans certains pays comme le Sénégal, la Tanzanie et la RDC (République démocratique du Congo), cela se traduit par une véritable chasse aux sacrifices. Dans mon pays la République du Congo par exemple on dit que les albinos ne meurent pas après un certain âge ils disparaissent « On n’a jamais vu le cadavre d’un albinos ni une veillée où le défunt était un albinos » raconte une maman de Brazzaville. Mais il faut aller plus loin pour percevoir le supplice que vivent ces métisses d’un autre genre. Interdiction de consommer des crevettes,

des ignames au goût amer, du gombo, de l’huile de palme, du  Coco et de nombreux autres aliments qui font l’essentiel de l’alimentation africaine ne constituent qu’une partie des problèmes que connaissent ces personnes.

En dépit de tous ces calvaires auxquels les albinos doivent faire face, Divin le prend comme une source de motivation ; pour lui réussir serait le moyen le plus efficace de dire au monde que les albinos ne sont pas des phénomènes, mais des êtres comme tous les autres. En classe de 5eme, Divin n’a jamais cessé de redoubler d’efforts pour satisfaire à ses compositions trimestrielles.

"Le mois dernier j’étais 5e mais ce que je vise c’est la première place." raconte Divin issu des parents de race noire, il ne s’est jamais senti inferieur, il s’apprécie tel qu’il est.

"Mes parents m’aiment beaucoup, très souvent dans la rue les gens me regardent, nombreux sont ceux qui le font en exprimant de la pitié, et très souvent j’ai envie de leur dire que je vais bien, qu’ils n’ont pas à s’en faire pour moi car moi, je ne me sens pas différent de mes amis, je suis même plus intelligent à l’école que certains de mes collègues." a-t-il conclut en riant.

C’est cette détermination que nous voulons que tous les albinos puissent avoir, ne jamais se sentir inférieur. Nous avons les mêmes droits, nous vivons dans la même société et quelques fois nous avons les mêmes envies. Il vous suffit de croire en ses rêves et de continuer à se battre pour les réaliser.

 Vous y croyez ? Moi si !

Histoires
Congo