Journée internationale des femmes 2024 : Que pensent les jeunes des droits des filles à travers le monde ?

Like297
Post
Image
Prés de 60% des jeunes interrogés ont declaré avoir le sentiment que les filles subssaient des discriminations dans leur pays

Si toutes les adolescentes ont des droits, beaucoup se heurtent encore à des obstacles pour y accéder. Comment les jeunes voient-ils leur situation et que feraient-ils pour promouvoir leurs droits ? 

De novembre 2023 à janvier 2024, l’UNICEF a interrogé les jeunes dans le cadre d’un sondage U-Report afin de connaître leurs opinions au sujet de la situation des droits des filles dans leur pays ainsi que des mesures que les dirigeants mondiaux doivent privilégier pour parvenir à un changement. Élaboré avec l’aide et sur les conseils du Groupe consultatif mondial des filles leaders de l’UNICEF, ce sondage s’adressait aux jeunes, tous genres confondus. 

Pendant six semaines, l’enquête a collecté les réponses de près de 590 000 U-Reporters qui ont partagé leurs points de vue sur la situation des droits des filles dans leur pays, et sur les aspects à considérer en priorité pour mieux protéger et promouvoir ces derniers à l’avenir. 

Voici quelques-uns des principaux résultats du sondage.

 

Discrimination à l’égard des filles 

  • Lorsqu’on leur a demandé si elles pensaient que les filles étaient victimes de discrimination dans leur pays, près de 60 % des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative. 

  • Les filles seraient-elles prises au sérieux si elles signalaient un incident aux autorités ? Plus de 40 % des U-Reporters pensent que non ou se disent incertains à ce sujet. En Amérique latine et dans les Caraïbes ainsi qu’en Europe de l’Est et en Asie centrale, environ 60 % des U-Reporters ne pensent pas, ou ne sont pas sûrs, que les filles seraient prises au sérieux si elles signalaient un incident aux autorités compétentes. 

 
Décisions concernant leur corps 

D’après les U-Reporters, donner aux filles les moyens de prendre des décisions concernant leur corps passe par ces deux priorités absolues :

1) l’éducation au corps et

2) la sensibilisation des parents aux droits des filles.

En Afrique, près de 75 % des U-Reporters donnent la priorité à l’éducation au corps et à la sensibilisation des parents aux droits des filles. Les jeunes, filles et garçons, et leurs parents ont besoin d’informations précises (sur la puberté, la menstruation, le VIH, le mariage d’enfants, etc.) pour prendre soin d’eux et rester en bonne santé. 
 

Sécurité financière et autonomisation économique 

Les U-Reporters estiment que la sécurité financière des jeunes filles repose principalement sur trois choses à considérer en priorité : apprendre à faire les bons choix financiers, gagner de l’argent et subvenir aux besoins de sa famille. Les filles sont laissées de côté en matière de culture financière ; il s’agit pourtant d’une compétence essentielle. Que ce soit à l’école, dans les centres de formation professionnelle, dans des espaces sûrs ou à la maison par le biais d’une application, les filles ont le droit d’avoir accès aux informations et aux compétences nécessaires pour prendre leur avenir en main. 
 

Image
Défends les droits des filles!

Si tu étais à la tête du gouvernement et que tu disposais d’un milliard de dollars à consacrer aux droits des filles, comment le dépenserais-tu ? 

Dans le cadre du sondage U-Report, nous avons demandé aux jeunes la manière dont ils investiraient en vue de promouvoir les droits des filles s’ils disposaient d’un milliard de dollars. Voici quelques-unes de leurs réponses. 

  • « Je veillerais à ce que les filles aient accès aux services de santé sexuelle et procréative. J’œuvrerais à promouvoir des activités de sensibilisation aux problématiques de genre afin de réduire la discrimination et la violence à l’égard des filles. À long terme, j’essaierais de changer les lois et les normes culturelles qui oppriment les filles, afin de garantir à tous une vie libre et digne. Je m’efforcerais aussi de soutenir les organisations non gouvernementales qui épaulent les filles et de les aider à mettre en place des projets locaux qui ont une influence positive sur les filles et leur communauté. » – U-Reporter âgée de 17 ans, Bolivie. 

  • « J’investirais dans la lutte contre les violences fondées sur le genre et dans des campagnes qui défendent les droits des filles, et garantirais à ces dernières un accès approprié aux soins médicaux et à l’éducation. Je financerais aussi des programmes sur la gestion de l’hygiène menstruelle et ferais interdire les viols. » – U-Reporter âgée de 16 ans, Bangladesh. 

  • « Si j’étais à la tête du gouvernement et disposais d’un milliard de dollars à consacrer aux droits des filles, d’un côté, j’affecterais une grande partie de cet argent à l’amélioration et à l’élargissement des possibilités des filles en matière d’éducation ; et de l’autre, j’investirais 1) dans des programmes de soins de santé qui répondent aux besoins particuliers des filles ; 2) dans la promotion des droits fondamentaux ; et 3) dans des solutions axées sur la technologie, afin de combler les disparités sur les plans éducatif et économique, mais aussi de favoriser l’innovation et l’inclusion des filles à l’ère du numérique. » – U-Reporter âgée de 18 ans, Rwanda. 

  • « J’investirais une part importante de cet argent dans l’amélioration de l’accès des filles à une éducation de qualité, notamment dans la construction d’écoles, dans des bourses d’études et dans la formation des enseignants. L’éducation est cruciale pour autonomiser les filles et pour briser le cycle de la pauvreté. » – U-Reporter âgée de 15 ans, Madagascar. 

  • « Ma priorité serait de garantir un accès universel à des services de santé de qualité aux femmes et aux filles, y compris à celles qui sont handicapées ou qui appartiennent à une communauté autochtone. » – U-Reporter âgée de 18 ans, Nigéria. 

  • « Pour commencer, il faudrait apprendre aux filles à être indépendantes, leur faire prendre conscience qu’elles ont une voix à faire entendre et le droit de prendre des décisions concernant leur vie, et leur donner les moyens de bâtir leur avenir et celui de leurs proches. » – U-Reporter âgée de 18 ans, Guatemala. 

  • « Il est crucial d’investir dans des campagnes de sensibilisation pour lutter contre les obstacles culturels et promouvoir l’égalité des genres. » – U-Reporter âgé de 24 ans, Ouganda. 

  • « Si j’étais à la tête du gouvernement et que je disposais d’un milliard de dollars à consacrer aux droits des filles, je veillerais à ce que toutes les filles puissent avoir accès à l’éducation. Je mettrais en place des programmes d’éducation de qualité, accessibles à tous pour garantir l’égalité des chances entre les filles et les garçons. Je soutiendrais également les initiatives visant à lutter contre les mariages précoces, à promouvoir la santé et le bien-être des filles, et à renforcer leur participation à la société. Il est important de donner aux filles les moyens de réaliser leur plein potentiel et de bâtir un meilleur avenir, pour elles et pour leur communauté. 💪💕 » – U-Reporter âgée de 17 ans, Niger. 

  • « J’investirais principalement dans l’éducation, les soins de santé et l’égalité des genres, car je crois que l’éducation est le moyen le plus efficace de changer les mentalités au sujet des droits des filles. » – U-Reporter âgé de 16 ans, Viet Nam. 

 


 

Actualités