Tolly Dolly Posh : mode & développement durable

Like892
Post
Image
An image of Tolly Dolly Posh
Tolly Dolly Posh

Tolmeia – aussi connue comme Tolly Dolly Posh sur internet – veut promouvoir le développement durable et les pratiques éthiques dans le monde de la mode.

  1. Comment t’es venue l’idée d’utiliser le blogging et Instagram pour faire entendre ton message ?

J’ai commencé à blogger il y a 6 ans pour un projet d’été, c’était l’occasion de combiner ma passion pour la mode et le numérique. Au départ mon blog était assez commun, puis j’ai regardé le documentaire True Cost après l’effondrement au Rana Plaza, l’usine de fabrication de vêtements en 2013. Je savais que je devais utiliser ma plateforme pour encourager le changement, sinon ce serait ignorer ouvertement les problèmes actuels auxquels je participais.

Mon compte Instagram est juste une extension de mon blog, mais récemment il a joué un rôle important pour toucher plus de monde sur ces questions, surtout après que je sois le « visage » d’Instagram sur leur compte officiel lors du Jour de la Terre 2018, ce qui a permis d’atteindre leurs 230 millions d’utilisateurs.

 

  1. Quelles sont les choses essentielles que tu as apprises ?

Si tu défends une cause, tu dois rester ferme sur tes positions et être sûre de toi. Particulièrement dans le monde du blogging, quand des opportunités très tentantes surviennent souvent, tu dois savoir quel est ton message et à quelles fins tu veux utiliser ta plateforme. Je suis très fière de la transition de mon blog et mes réseaux sociaux, je suis passée de sujets sur les tendances de la mode à parler de l’exploitation et de l’inégalité dans les usines de textiles, et comment on peut être acteur du changement.

 

J’ai aussi appris que les chiffres ne font pas tout, j’aime mieux avoir une audience plus restreinte, comme actuellement, pour diffuser mon message d’une manière sereine et dans un climat de confiance, plutôt que de cibler le grand public et éveiller moins de motivation chez les gens à agir pour le bien.

3. Quel a été le point culminant de ton travail jusqu’ici ?

Avoir des retours de mes abonnés sur comment ils arrivent à opérer des changements (dont j’ai parlé sur mon blog) dans leur vie, ou juste parler avec eux de leur opinion sur des sujets. C’est fascinant d’entendre les avis très différents des gens et de comprendre qu’il y a tant de gens qui veulent devenir meilleurs.

C’était également une expérience incroyable d’être mise en avant de cette manière par Instagram, c’est la plus haute audience que je n’ai jamais eue. Ça a été l’occasion d’être approchée par des garçons et des hommes sensibles à l’écologie, ce qui m’a fait plaisir parce que le domaine de la mode peut parfois être trop marqué féminin.

 

4. Beaucoup de jeunes pensent qu’ils ne peuvent rien faire sur les questions écologiques et environnementales – que leur dirais-tu ?

Il faut comprendre que oui, un changement radical doit être mené par les gouvernements et les entreprises, mais à côté de ça, nous avons le pouvoir d’influencer et peut-être même d’accélérer le changement. Dans la mode par exemple, acheter moins mais mieux est quelque chose que nous pouvons tous faire, même si cela se fait petit à petit. Il faut être conscient que nous devons prendre le contrôle, quand bien même cela peut nous paraître une petite avancée.

Fais-le ! N’aie pas peur. Que ce soit parler d’environnement ou de santé mentale, nous avons besoin de plus de voix, particulièrement de la part des jeunes.

5. Quel est ton conseil pour les enfants et les jeunes qui veulent utiliser les plateformes numériques pour parler de sujets qui leur tiennent à cœur ?

Fais-le ! N’aie pas peur. Que ce soit parler d’environnement ou de santé mentale, nous avons besoin de plus de voix, particulièrement de la part des jeunes. Utiliser les réseaux sociaux pour des bonnes causes est quelque chose que nous pouvons tous faire – c’est littéralement à la portée de nos doigts – et de cette manière contribuer à rendre le monde numérique et internet plus sûr, positif, alors nous devons commencer maintenant. Tu ne sais jamais qui tu pourrais inspirer !

 

6. Que peuvent faire les gouvernements, les associations, professeurs et parents pour soutenir les jeunes qui veulent provoquer un changement chez eux ?

Il est essentiel qu’ils écoutent. Quand tu es jeune, tu peux être très intimidé d’avoir ces conversations, la peur d’être ignoré ou ne pas être pris au sérieux, mais nous devons nous assurer que les jeunes générations se sentent en confiance car elles sont le futur. Je vois souvent des articles sur la génération Z, mais je demande toujours quelle est la source de ces informations – demande-toi si tu intègres réellement les jeunes dans tes conversations. Est-ce que tu tires le maximum de ce que nous avons à dire ? Si la réponse est non, essaie encore ! Nous sommes là et nous voulons nous faire entendre.

Entretiens