Jessica Gnamien, défenseure des droits de l'enfant à travers les médias et le plaidoyer

Post
Image
Gnamien Jessica Paule Oriane, 15 ans, milite en faveur des droits des enfants en Côte d’Ivoire.

Gnamien Jessica Paule Oriane est une militante de 15 ans pour les droits des enfants en Côte d'Ivoire.

En tant que jeune animatrice radio dans son pays, elle s'est engagée à s'exprimer sur la protection des droits des enfants à la vie, à l'éducation et au développement à travers diverses initiatives. Lisez le blog de Jessica pour la Journée mondiale de l'enfance et découvrez d'autres jeunes leaders qui défendent les droits des enfants ici.

"Bonjour, je m'appelle Jessica Gnamien et je suis ivoirienne. J'ai 15 ans et je suis militante pour la promotion des droits de l'enfant à travers les médias et le plaidoyer.

Je le fais à travers mes activités suivantes d’animatrice radio, à travers le programme Jeunes reporters ; de jeune ambassadrice de Médecins du Monde pour la promotion de la Santé Sexuelle et Reproductive ; dans mes actions de protection de l'environnement ; et de scout.

J'anime des programmes de radio et des clubs de santé. Je fais des vidéos pour encourager mes amis et des actions pour aider les enfants, les adolescents et les jeunes sur mon compte Facebook "Jessica Gnamien". Je milite pour faire entendre la voix des jeunes auprès des autorités ; parmi lesquels je peux citer : mes plaidoyers dans l'hémicycle, ma présence sur les plateaux de chaînes de télévision nationales telles que RTI, NCI, life TV, etc...

Depuis l’apparition de COVID 19, j’ai vécu une succession d’émotions bouleversantes.

Image
Gnamien Jessica Paule Oriane

Peurs et incertitudes 

Je me souviens du jour où j’apprenais que c'était notre dernier jour d'émission avant d'entrer en confinement, je pleurais pour mes micros. "Comment allais-je voir mes amis et comment allais-je continuer mon combat ?".

J'avais plusieurs craintes et questionnements, je me demandais « et si cette maladie n'est pas près de partir maintenant et qu'on arrête le projet des « jeunes reporters », qu'est-ce qu'on va faire ? devenir ?".

Et là, tout s'arrêtait.

L'école s'est arrêtée, et mes activités aussi.

L'église fermée ; les institutions tant publiques que privées ont fermés.

La famine s'installait progressivement dans certains foyers.

Étant l'aîné de ma famille, je m'inquiétais pour mes deux parents dont la mère travaillait dans la profession médicale et le père dans l'armée : « Et s'ils étaient infectés ? »

J'ai vu plusieurs de mes projets suspendus ou annulés, dont l'animation de la journée carrière de mon école, mes émissions radio, mes projets de sensibilisation dans le cadre de la SSR. Je n'arrêtais pas de me reprocher le fait d’être inactive, de ne rien faire pour empêcher le taux croissant de grossesses chez les adolescentes et les jeunes filles.

Et, inévitablement arriva le jour où on m’annonça l'annulation de mon voyage au Maroc pour le camp WISCI 2020, j’étais dévastée de l’apprendre.

Trouver le courage de vaincre l’ennui

Je m'ennuyais tous les jours à la maison. Je me levais le matin, je déjeunais et je regardais la télévision ; et ce jour après jour, jusqu'au jour où j'ai décidé que je pouvais faire mieux que ça. Je me suis rappelée ceci à moi-même : « Je suis jeune reporter, ambassadrice auprès de Médecins du monde, et un soutien pour mes amis, et donc, pourquoi est-ce que je les abandonne alors qu'ils ont besoin de moi ? Le COVID 19 ne peut pas me faire perdre la voix, c'est sûr qu'il sort, mais la vie doit continuer à continuer. »

J'ai décidé de me connecter avec mes amis pour partager un peu d'inspiration et ensemble, nous avons pris la décision de nous lancer dans la production de programmes à distance via les réseaux sociaux.

C'était formidable de voir que même cette maladie ne pouvait pas briser nos liens.

Mon message à tous est : allez au bout de vos rêves et de vos projets car vous seul connaissez le plan architectural pour les réaliser et les mener à bien. Beaucoup apprécieront vos succès, mais très peu verront les défis auxquels vous faites face.

Retour à la vie active en période de confinement

Nous avons travaillé à la mise en place d'un projet d'enquête auprès des jeunes des 10 communes, nous permettant de toucher plus de 2000 jeunes pour connaître l'impact de cette pandémie sur leur quotidien, et les aider à surmonter cette crise grâce à nos émissions radio.

Avec de jeunes reporters d'Afrique du Sud nous avons plaidé auprès de CHILDREN'S RADIO FOUNDATION pour exprimer les difficultés et défis que nous avons rencontrés lors de la production de nos programmes durant cette période et les solliciter pour nous fournir du matériel adéquat pour nous permettre d'innover tout en luttant contre les "fake news" problèmes qui ralentissaient nos messages de sensibilisation. Notre demande a reçu un retour favorable, nous permettant d'atteindre plus d'1 million de jeunes, adolescents, enfants et adultes qui ont reçu la bonne information.

J'ai réuni plusieurs amis militants pour lancer plusieurs campagnes vidéo sur les gestes de sécurité pour lutter contre le COVID 19 et exprimer ma gratitude envers les travailleurs des domaines médical et militaire qui veillent sur nous.

Nous avons produit plus de 70 émissions sur les mesures de sécurité COVID 19.

Déconfinement, le combat continue

Le déconfinement est venu avec un semblant de normalité, mais quand même, j'étais très heureuse car je pouvais retourner à l'école.

Avec mes amis, nous avons commencé à travailler sur plusieurs projets pour éduquer notre communauté d’élèves sur le COVID à travers la radio et certains partenariats avec des institutions publiques, et sur les méthodes contraceptives à travers la musique et le plaidoyer. Notre ténacité et notre créativité nous ont amenés à rassembler de nombreuses ressources financières et matérielles pour contribuer à aborder ces sujets précédemment évoqués.

Je regarde en arrière avec beaucoup de satisfaction, car avec mes amis, nous avons été confrontés à tant de défis tels que la réticence de nos propres parents à nous laisser agir à un moment donné, des autorités qui ont pris beaucoup de temps avant de comprendre notre vision. Mais tout cela ne nous a pas arrêtés.

Toute cette situation COVID m'a montré que j'étais une personne forte qui sait s'adapter à toutes les Situations.

Mon message à tous est : allez au bout de vos rêves et de vos projets car vous seul connaissez le plan architectural pour les réaliser et les mener à bien. Beaucoup apprécieront vos succès, mais très peu verront les défis auxquels vous faites face.

Je fais toujours face à des frustrations, des échecs, des rejets, des difficultés, des incompréhensions dans mon quotidien de militante, mais surtout, je sais que la vie n'est pas parfaite. Rien ne le sera jamais, ne vous attendez toujours pas à ce que quelqu'un vienne vous aider, mais réfléchissez plutôt à la façon dont vous pourriez aider. Autant nous apprécions les moments de plaisir, autant nous devons parfois accepter les tribulations. Certes, si je m'étais arrêté à la première difficulté, au premier échec, à la première humiliation, je ne serais pas là aujourd'hui.

Je crois que vous avez aussi la capacité de surmonter vos défis et situations difficiles.

Un dernier message aux parents : encouragez vos enfants lorsqu'ils défendent de bonnes causes, ne leur dites jamais « je ne veux pas que vous vous portiez activiste ou bénévole car c'est de l'exploitation ».

En ce jour du 20 novembre 2021, réinventons le monde pour en faire un endroit paisible où chaque enfant a le droit d'aller à l'école pour réaliser ses rêves, oui un monde où les droits de chaque enfant sont respectés.

Allez, c'est notre fête! "

Blog
Côte d’Ivoire